Spectaculaire Second Empire : et le livre dans tout ça ?

C’est l’un des événements parisiens de la rentrée culturelle. Très attendue par tous les amateurs d’histoire du XIXe siècle, l’exposition « Spectaculaire Second Empire » a ouvert ses portes le 19 septembre dernier au musée d’Orsay. Organisée pour célébrer les 30 ans du musée, elle rend hommage à un régime qui fit, il est vrai, beaucoup pour l’institution muséale, et se veut l’évocation d’une époque de fastes et de luxe, celle de la « Fête impériale », dont les commissaires de l’exposition souhaitent montrer une image renouvelée[1]. Etudiants, érudits, spécialistes, passionnés par le XIXe siècle en général et le second Empire en particulier, ne pourront qu’apprécier cette plongée inédite dans l’atmosphère si particulière du « siècle de Napoléon III » et arpenteront avec satisfaction les salles reconstituant, dans une mise en scène particulièrement réussie, des intérieurs palatiaux, le Salon de 1863 ou encore, « clou du spectacle », les galeries des expositions universelles. En revanche, l’amateur d’histoire de l’édition restera sur sa faim : car le livre est le grand absent de cette exposition pourtant censée peindre la fresque de la vie culturelle des années 1850-1860.

© Musée d’Orsay

C’est vainement en effet qu’on cherchera dans les salles de l’exposition une évocation de la montée en puissance du monde du livre et de ce premier moment de l’entrée dans la culture de masse[2]. Tout au plus trouvera-t-on quelques traces résiduelles – et presque involontaires – de la présence de l’imprimé dans le quotidien des Français de l’époque. Ainsi, quelques dessins et unes de journaux du temps, choisis pour illustrer la vie théâtrale, témoignent sans le vouloir de l’importance croissante de la presse dans le quotidien des sujets de Napoléon III, comme de la place importante qu’y tient la chronique des spectacles[3]. On citera pour mémoire la fameuse une de L’Eclipse représentant Richard Wagner torturant une oreille avec une note de son Tannhaüser, ou celle de La Lune où André Gill croque la chanteuse Thérésa, reine du café-concert alors en plein développement[4]. Une demi-douzaine de lithographies de Daumier évoquant le monde des théâtres ou la visite au Salon, côtoient celles, en couleurs, de Jules Chéret, servant d’affiches à diverses pièces d’Offenbach, ainsi que des gravures et, bien sûr, près de 80 photographies : c’est là in fine un panorama parcouru à grands traits des techniques de reproduction de l’image imprimée au XIXe siècle, que donne à voir l’exposition à ses visiteurs.

Au-delà des techniques de production, il y a l’objet livre, et ce qu’on en fait, les pratiques de lecture, et le spectateur attentif pourra se livrer ici à une minutieuse archéologie lui permettant ponctuellement de retrouver les formes de l’utilisation de l’imprimé en ce troisième quart du XIXe siècle. Ici, en effet c’est le comte de Polignac, nonchalamment installé dans un fauteuil, interrompu dans sa lecture des Mémoires de Louis XVII par James Tissot venu peindre Le Cercle de la rue royale (cat. 78). Là, c’est Proudhon posant, entouré de volumes imprimés, pour Gustave Courbet (cat. 77). Là encore, c’est un prêtre rural qui, livre religieux en main, marche au cœur de la procession artésienne de bénédiction des blés peinte par Jules Breton (cat. 97). La célèbre Jeune femme en veste rouge, du même James Tissot (cat. 73), est assise devant une pile de livres à moitié cachés par son ample robe noire, tandis que le Zola de Manet (car. 75) se tient assis à son bureau, un livre ouvert à la main. Une photographie de Richebourg nous montre la belle bibliothèque amassée par le prince Napoléon dans sa luxueuse Villa pompéienne de l’avenue Montaigne (cat. 152). Une autre, d’Olympe Aguado, montre non sans humour une scène de lecture dont les auditeurs sont endormis (car. 91)… On lit aussi dans la Chambre rose du château de Roquetaillade d’Edmond Duthot (cat. 156), et jusqu’à la Plage de Trouville de Claude Monet (cat. 106).

Ainsi, des campagnes aux riches hôtels particuliers, des aristocrates à la bourgeoisie en passant par les intellectuels, tout le monde, homme ou femme, jeune ou moins jeune, lit, partout. Il n’entrait pas dans le propos de l’exposition d’évoquer de façon explicite le monde du livre. Pourtant, force est de constater que celui-ci se retrouve nécessairement là où l’on n’avait pas pensé (ou refusé de) le mettre. Dans un tel rassemblement d’œuvres évoquant la vie culturelle des années 1850-1860, le livre, en effet, ne pouvait pas ne pas se montrer, subrepticement, au détour d’un portrait intime, d’une scène de la vie quotidienne ou d’une représentation d’intérieur. Le monde de l’imprimé aurait donc pu se voir attribuer une place plus importante. Ainsi, parmi la belle galerie de portraits, officiels ou non, rassemblés dans une des salles de l’exposition, ne se trouve aucun des grands éditeurs de l’époque, ces nouveaux rois des industries culturelles en formation. Du tableau à la photographie, nombre d’entre eux ont pourtant tenu à laisser ce témoignage de leur réussite individuelle, à commencer par le plus entreprenant d’entre eux, Louis Hachette, qui finit par se laisser lui aussi tenter, à la fin de sa vie, par l’aventure mondaine de la représentation individuelle, en posant tant pour la jeune artiste peintre Nélie Jacquemart que pour le photographe Reutlinger[5].

Reliure du Mois de Marie composé et orné dans le style des manuscrits avec les prières, par E. Lepelle de Bois-Gallais, conçue et éditée par les ateliers Gruel-Engelmann (1856)  © BnF-Gallica

Point d’évocation non plus du domaine de l’édition dans la dernière salle, peut-être la plus spectaculaire de l’exposition, celle consacrée aux expositions universelles. Parmi les dizaines d’objets en tous genres amassés dans ce capharnaüm savamment ordonné, aucun produit de la florissante industrie de l’imprimerie. Celle-ci figure pourtant en bonne place dans ces temples du progrès technique et industriel. En 1855, le VIIe Groupe de l’Exposition (« Ameublement et décoration, mode, dessin industriel, imprimerie, musique ») comprend ainsi une 7e section consacrée à l’Imprimerie. Y sont présentés, outre les matériels de la typographie ou de la presse, différents types de produits, affiches, journaux, ouvrages et brochures de toutes sortes[6]. En 1867, le 2e Groupe de l’Exposition, consacré au thème « Matériel et application des arts libéraux », comporte une classe 6, « Produits d’imprimerie et de librairie », présentant des « spécimens de typographie », des « épreuves de lithographies », des « livres nouveaux et éditions nouvelles de livres déjà connus », des « publications périodiques », des « dessins, atlas et albums », etc[7]. Lors des deux expositions sont également présentés dans des sections spéciales les produits de la reliure – ceux des ateliers Gruel-Engelmann y étant particulièrement appréciés[8]. Considéré comme un produit phare de l’industrialisation, au même titre que ceux du textile ou de la métallurgie, l’imprimé figure en bonne place dans les expositions – et on peut regretter que cet objet qui devient sous le second Empire si essentiel dans la vie quotidienne et culturelle soit absent de l’exposition présentée par le musée d’Orsay.

Alors, pas assez « spectaculaire », le livre – puisque c’est la problématique centrale de cette exposition ? Si l’on entend par là ce qui donne et se donne à voir, nul doute que l’on puisse appliquer cette épithète à l’objet livre. Certaines catégories de livres, en tout cas : celles surtout des imprimés illustrés et de luxe qui continuent tout au long du XIXe siècle à susciter l’intérêt économique des éditeurs, comme la passion bibliophilique des collectionneurs[9]. Depuis les travaux de Ségolène Le Men, on sait l’importance accordée au livre illustré dans les stratégies des maisons d’édition. Par exemple, comme l’a rappelé une exposition récente du même musée d’Orsay, les superbes éditions illustrées par Gustave Doré constituent de véritables petits chefs-d’œuvre de l’imprimerie[10]. Des Œuvres complètes de Byron (1852) et Rabelais (1854) aux Fables de La Fontaine (1868), en passant par la Divine Comédie de Dante (1862), le Don Quichotte de Cervantès (1863) ou la Bible (1866), les principales œuvres de l’illustrateur jalonnent la période du second Empire, lequel voit également d’autres productions d’importance, comme l’Histoire des peintres de toutes les écoles de Charles Blanc dont l’éditeur Renouard commence la publication en 1861[11], et qui est considérée comme la première histoire de l’art illustrée.

Dans la production des imprimés de luxe ensuite, l’éditeur Léon Curmer s’est fait un nom depuis les années 1830 déjà. On lui doit encore, au début du second Empire, une Histoire de l’Ancien et du Nouveau Testament, publiée en 1853 dans un volume comportant 700 vignettes gravées sur bois[12]. Eléments tout aussi essentiels que l’illustration dans la production de livres luxueux, les reliures, s’avèrent bien souvent, par l’excellence du savoir-faire qui leur a donné naissance, les égales des plus beaux produits de l’artisanat de l’époque. Les fameux décors dorés sur fond rouge qui triomphent dans les années 1860, et dont les riches éditions des Voyages extraordinaires de Jules Verne par Hetzel constituent l’un des exemples les plus connus, en sont l’une des manifestations les plus marquantes.

[Frontisspice en reg. du Titre :] La lecture des contes en famille. [Cote : Y2 24/Microfilm R 122471]

La lecture des contes en famille, frontispice des Contes de Perrault, dessin de Gustave Doré, Paris, Hetzel, 1867 © BnF-Gallica

Le livre n’échappe donc pas sous le second Empire à la tendance au spectaculaire. Le monde de l’édition, tout en développant une production industrielle d’ouvrages souvent jugés à raison comme de qualité médiocre, peut aussi rivaliser d’audace pour proposer à un certain public des produits issus du savoir-faire le plus abouti. Les jurys des expositions universelles, qui ont largement complimenté les imprimés présentés par les entreprises d’édition, ne s’y sont pas trompés. L’Histoire des peintres de Renouard et Cie apparaît pour le jury de 1855 comme « le plus beau et le plus grand monument de la typographie d’illustration ». L’Imitation de Jésus-Christ, « magnifique ouvrage », vaut la même année à l’Imprimerie impériale une grande médaille d’honneur[13], tandis que les ouvrages présentés par Mame sont jugés « tout à fait hors ligne », d’une perfection « due à l’art, au goût, à la science et au travail. » Cette même année 1855, les maisons Claye, Plon et Dupont obtiennent des médailles d’honneur – le dernier jouant le jeu de l’exposition industrielle en présentant, outre ses ouvrages, un modèle de presse à platine[14].

La salle Labrouste de la Bibliothèque impériale, dessin s.d. de Deroy © BIU-Santé

Le livre n’aurait-il pas ainsi mérité d’occuper une place plus grande dans une exposition consacrée au spectacle, sous toutes ses formes, sous le règne de Napoléon III ? Les éditeurs n’ont-ils pas participé, aux côtés des membres de la famille impériale, du monde politique ou de l’aristocratie, à la mise en scène du spectacle de soi par les portraits ? Les objets imprimés n’ont-ils pas, comme les vases de cristal ou les bijoux, fait le spectacle lors des deux expositions universelles de Paris ? Les grandes bibliothèques, chefs d’œuvre d’architecture, à l’image des travaux de Labrouste à la Bibliothèque impériale, et qu’on visitait aussi parfois pour admirer leurs collections de livres imprimés[15], n’ont-elles pas aussi participé à la mise en spectacle de la culture parisienne et française, comme les bibliothèques privées ont participé de la spectacularisation des intérieurs élitaires ? Les grandes fêtes organisées par le régime, la profusion des œuvres d’art amassées lors du Salon, la vitalité des théâtres parisiens, le faste des expositions universelles sont peut-être plus explicitement associés au spectacle du second Empire que les librairies ou les bibliothèques. Ces dernières n’en ont pas moins participé, à leur échelle, à cultiver le goût du luxe, du grandiose, du spectaculaire. « Aucun domaine n’est épargné par cette hypertrophie du visible[16] », rappelle d’ailleurs Guy Cogeval, président des musées d’Orsay et de l’Orangerie, dans l’introduction qu’il signe dans le catalogue de l’exposition. Certains de ces domaines ont été privilégiés par les concepteurs de cette exposition riche et habilement mise en scène. On peut regretter que ce soit ceux qui étaient les plus attendus et les plus connus.

Jean-Charles Geslot

« Spectaculaire Second Empire, 1852-1870 » : exposition temporaire du 27 septembre 2016 au 15 janvier 2017. Renseignements sur le site du musée d’Orsay


[1] Cogeval Guy, Badetz Yves, Perrin Paul, Vial Marie-Paule (dir), Spectaculaire Second Empire, Paris, Musée d’Orsay, Skira, 2016, 319 p.

[2] Kalifa Dominique, « L’Entrée de la France en régime « médiatique » : l’étape des années 1860 », dans Migozzi Jacques, De L’Ecrit à l’écran. Littératures populaires : mutations génériques, mutations médiatiques, Limoges, Pulim, 2000, p. 39-51.

[3] Yon Jean-Claude, « La presse théâtrale », dans Kalifa Dominique, Régnier Philippe, Thérenty Marie-Ève, Vaillant Alain (dir.), La Civilisation du journal. Histoire culturelle et littéraire de la presse française au XIXe siècle, Paris, Nouveau Monde éditions, 2011, p. 377.

[4] Authier Catherine, « La naissance de la star féminine sous le Second Empire », dans Yon Jean-Claude (dir.), Les Spectacles sous le Second Empire, Paris, Armand Colin, 2010, pp. 273-274.

[5] Mollier Jean-Yves, Louis Hachette (1800-1864). Le fondateur d’un empire, Paris, Fayard, 1999, pp. 439-440.

[6] Exposition universelle de 1855. Rapports du jury mixte international publiés sous la dir. de S.A.I. le Prince Napoléon, président de la commission impériale, Paris, Imprimerie impériale, 1856, 1574 p., p. xliii. Consultable sur le portail du Conservatoire numérique des Arts et Métiers.

[7] « Système de classification », dans Rapport sur l’exposition universelle de 1867 à Paris, Paris, Imprimerie impériale, 1869, p. 581. Consultable sur le portail du Conservatoire numérique des Arts et Métiers.

[8] Voir à ce sujet : Exposition de 1867. Délégation des ouvriers relieurs. La reliure aux expositions de l’industrie. La reliure à l’Exposition de 1867, Paris, Au Siège de la Commission, 1868-1875, 2 volumes. (Le vol. 1 est consultable sur Gallica)

[9] Parinet Elisabeth, Une histoire de l’édition à l’époque contemporaine (XIXe-XXe siècle), Paris, Éditions du Seuil, 2004, p. 104.

[10] Kaenel Philippe (dir.), Doré. L’imaginaire au pouvoir, Paris, Musée d’Orsay, Flammarion, Ottawa, Musée des Beaux-Arts du Canada, 2014, 335 p.

[11] Parinet, op. cit., p. 97.

[12] Chartier Roger, Martin Henri-Jean (dir.), Histoire de l’édition française. Le Temps des éditeurs. Du Romantisme à la Belle Époque, t. III, Paris, Fayard-Éditions du Cercle de la Librairie, 1989, pp. 192-194 et 334.

[13] Le site de Sotheby’s présente des vues de l’exemplaire numéroté (9 sur 103) offert par Napoléon III au roi du Portugal Pedro V.

[14] Exposition universelle de 1855, op. cit., p. 1249–53. [consultable sur le portail du Conservatoire numérique des Arts et Métiers]. Sur la participation de Plon aux Expositions universelles de Paris (1855) et Londres (1862), voir Sorel Patricia, Plon. Le sens de l’histoire (1833-1962), Paris, Presses universitaires de Rennes, 2016, pp. 30-31.

[15] Varry Dominique (dir.), Histoire des bibliothèques françaises. Les bibliothèques de la Révolution et du XIXe siècle 1789-1914, Paris, Promodis – Éditions du Cercle de la Librairie, 1991, pp. 330-331.

[16] Cogeval et alii, op. cit., p. 24.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *