Les Rendez-vous des métiers du livre à la Bibliothèque de l’Arsenal

La Bibliothèque de l’Arsenal et ses Rendez-vous des métiers du livre offrent un lieu de découverte, de débats, d’échanges entre les professionnels du livre et le public le plus large. Elle propose également des présentations temporaires de livres, du plus ancien à la création contemporaine, un centre de ressources sur les métiers du livre en accès libre, et des collections patrimoniales (reliures, bibliophilie, typographie, livres d’artiste…)

1916-014Le programme de janvier à juin 2016

Bibliothèque de l’Arsenal
1, rue de Sully 75004 Paris. Tél : 01 53 79 39 04
Horaires d’ouverture :
lundi-vendredi 10h-18h, samedi 10h-17h

Séminaire « Histoire de l’édition, du livre et de la lecture en Europe du XVIIIe au XXIe siècle » : Auteur et éditeur, deux figures indissociables.

A la fin des années 1960, Roland Barthes et Michel Foucault mirent au centre de leurs analyses la fonction « auteur » en montrant qu’elle était une construction historique. Vingt-cinq ans plus tard, en publiant Le sacre de l’écrivain (1985) sous-titré « Essai sur l’avènement d’un pouvoir spirituel laïque dans la France moderne. 1750-1830 », Paul Bénichou apportait de nombreux éléments à cette enquête. Intellectuel ou artiste, écrivain ou philosophe, l’auteur s’était en effet taillé une place considérable dans l’espace public entre le milieu du XVIIIe siècle et le mitan du suivant. Dès le début du Second Empire, le champ littéraire était constitué et la publication de L’éducation sentimentale (1869) en apportait la preuve définitive selon l’analyse proposée par Pierre Bourdieu dans Les Règles de l’art. Genèse et structure du champ littéraire (1992).

Lire la suite

Appel à contribution : L’histoire littéraire en mode mineur : bibliophilie et promotion d’un panthéon littéraire alternatif au XIXe s.

« L’histoire littéraire en mode mineur : le rôle des bibliophiles dans la promotion d’un panthéon littéraire alternatif au XIXe siècle »

Colloque SERD / PLH / BNF

14-15 octobre 2016

Date limite le 15 janvier 2016

Argumentaire scientifique :

Ainsi que le professait Jean Viardot dans un article fondateur consacré aux « nouvelles bibliophilies » qui émergent à la suite des bouleversements induits par la Révolution Française, le début du XIXe siècle marque l’avènement de pratiques de collection spécialisées, axées sur la recherche systématique de la rareté, de la singularité, rompant avec le modèle de l’Ancien Régime, à la fois universaliste et aristocratique. Le caractère désirable de l’exemplaire de collection réside désormais, aux yeux du bibliophile, dans sa non-adéquation au système de valeurs érigé en norme par un secteur éditorial en voie d’industrialisation, où l’exigence de plaire à un lectorat élargi et démocratisé contribue à l’uniformisation de la production.

Lire la suite

Parution : Une autre histoire de l’édition française

edition française-JYMDepuis la publication en 1982-1986 d’une imposante Histoire de l’édition française en quatre gros volumes, de multiples travaux ont vu le jour qui modifient singulièrement les perspectives développées voici plus de trente ans par les pionniers de cette histoire. Jean-Yves Mollier, historien du livre, de l’édition et de la lecture, en France et dans le monde, propose ici de revisiter ce chantier en insistant sur ce que signifie l’acte d’éditer.

En promenant le lecteur du XIIIe siècle à nos jours, en lui faisant sentir le grain du manuscrit calligraphié sur parchemin puis l’odeur de l’encre qui sort des imprimeries, il pose la question d’une survie de l’édition à l’époque de la lecture sur écran. Sans rien négliger des apports de l’histoire économique, car le livre est aussi une marchandise produite dans des conditions déterminées par l’état du marché, Jean-Yves Mollier s’intéresse à l’histoire politique comme à l’histoire religieuse, à ce ferment que constitue le livre quand il est brandi comme une arme destinée à changer le monde.

Lire la suite

Appel à contribution : « Les voix du lecteur dans la presse française au XIXe siècle »

Les voix du lecteur dans la presse française au XIXe siècle (dir. Elina Absalyamova & Valérie Stiénon)

Appel à contributions

L’ouvrage collectif en préparation est destiné à explorer les manifestations discursives du lecteur dans les pages des périodiques français. Outre l’intérêt porté aux paroles qui lui sont attribuées en propre, dans des formes et des espaces dédiés (courrier des lecteurs, lettres ouvertes, etc.), il prêtera attention aux échos, interpellations et injonctions qui infiltrent jusqu’aux légendes des illustrations, ainsi qu’aux expressions plus labiles mais non moins significatives que constituent les dialogues de la causerie et les configurations de la réclame. L’archéologie de ce matériau polyphonique offert par le long XIXe siècle donne accès aux échanges tour à tour effectifs, imaginaires et fabriqués entre des équipes rédactionnelles qui commentent l’actualité et des lectorats qui l’influencent. La stratification des publics (restreint, moyen ou populaire), les stratégies d’interactivité, les fictions d’interlocution et les économies de la parole sont autant d’aspects majeurs d’une poétique de la rumeur médiatique qui définit et structure le siècle.
Pour mieux cerner la multitude de rôles que le lecteur assume ou se voit assigner dans l’espace médiatique, les analyses originales réunies croiseront plusieurs disciplines : journalisme, littérature, histoire culturelle, études de la réception, analyse du discours, sociologie des médias, de la lecture et de la littérature. Les recherches transversales se conjugueront aux études de cas pour mettre au jour des données aussi cruciales que les distinctions entre grande et petite presses, les fonctions politiques et (ré)créatives du discours lectorial, la répartition des rôles sexués et les formes spécifiquement inventées autours des voix de lecteurs.

Lire la suite

Exposition : De Zola à Houellebecq, Flammarion 1875-2015. 140 ans d’édition et de librairie

D’Émile Zola à Michel Houellebecq, en passant par Hector Malot, Jules Renard, Colette, Maurice Genevoix, Jules Romains, Henri Troyat, Andrée Chedid, Bernard Noël… , des « Albums du Père Castor » à la collection « J’ai Lu », de la « Bibliothèque de philosophie scientifique » à la collection « Champs » : depuis 140 ans, la maison Flammarion, aujourd’hui rattachée au groupe Gallimard, est ancrée dans le temps présent.

affiche_flammarion_site-206x300

Lire la suite

Appel à contribution : « Une fabrique collective du patrimoine littéraire (XIXe-XXIe siècles) »

« Une fabrique collective du patrimoine littéraire (XIXe-XXIe siècles). Les collections de monographies illustrees », numéro spécial de Mémoires du livre. Studies in Book Culture, s. dir. David Martens (KULeuven – MDRN) et Mathilde Labbé (Université Paris Sorbonne), vol. 7, n° 1, automne 2015.

Au cours du XIXe siècle, l’économie du livre, alors en plein essor, a été marquée par l’apparition de séries d’ouvrages consacrés aux écrivains. Qu’il s’agisse de biographies, de recueils de portraits ou encore d’essais critiques, l’iconographie, qui se développe grâce aux nouvelles techniques d’impression, y joue un rôle de plus en plus important. Contribuant à la fabrique d’un patrimoine littéraire fondé sur l’évocation de figures présentées comme admirables et sacralisées, ces collections sont partie intégrante de ce qui est apparu a posteriori comme une vaste politique d’extension du lectorat. Reste que, si elles ont marqué la médiation de la littérature et son histoire, elles constituent une niche encore relativement méconnue du champ éditorial, en dépit de leur impact sur le marché du livre et le rapport à la chose littéraire.

Lire la suite

Journée d’études « Fictions Sentimentales » (26 mars 2015)

Roman à l’eau de rose, littérature sentimentale, romance, ces récits sont écris et lus par des femmes. Le roman sentimental demeure un « mauvais genre » pourtant, il rencontre un vif succès et sa production est dynamique. La journée d’étude du 26 mars se propose de parcourir, sans préjugés, cette production à travers ses formes, sa réception auprès des lecteurs et d’interroger sa place dans les institutions culturelles.

Lire la suite

Parution : « Hetzel éditeur populaire »

Le Rocambole, n°68-69, automne-hiver 2014 : « Hetzel éditeur populaire »
Ouvrage dirigé par Daniel Compère & Robert Soubret

Resumé :
Voici bien longtemps que Le Rocambole n’a pas consacré de dossier à un éditeur ! C’est cependant un angle d’approche essentiel pour observer et comprendre les spécificités des romans populaires. L’éditeur Pierre Jules Hetzel s’est imposé comme sujet à aborder en 2014 à l’occasion d’un double centenaire qui le concerne : d’une part, Hetzel est né en 1814 et nous saluons donc son bicentenaire. A sa mort en 1886, son fils, Louis-Jules Hetzel reprit la direction de la maison. Mais des difficultés de gestion de plus en plus importantes l’amenèrent à vendre son fonds à la maison Hachette, contrat qui fut signé le 1er juillet 1914. C’est donc, l’autre anniversaire qui marque un événement dans le monde de l’édition et va entraîner, entre autres, la création de la « Bibliothèque verte » en 1924. Bien des travaux ont déjà été consacrés à l’éditeur Hetzel, mais il restait à prendre l’angle de l’éditeur populaire et l’on verra que notre dossier est riche en éclairages nouveaux sur cet éditeur. Hetzel éditeur fut aussi un auteur sous le pseudonyme de Stahl, aussi ce dossier est-il accompagné d’un conte paru sous cette signature. C’est même un double conte avec un premier récit et un second qui vient le compléter.

Lire la suite