Spectaculaire Second Empire : et le livre dans tout ça ?

C’est l’un des événements parisiens de la rentrée culturelle. Très attendue par tous les amateurs d’histoire du XIXe siècle, l’exposition « Spectaculaire Second Empire » a ouvert ses portes le 19 septembre dernier au musée d’Orsay. Organisée pour célébrer les 30 ans du musée, elle rend hommage à un régime qui fit, il est vrai, beaucoup pour l’institution muséale, et se veut l’évocation d’une époque de fastes et de luxe, celle de la « Fête impériale », dont les commissaires de l’exposition souhaitent montrer une image renouvelée[1]. Etudiants, érudits, spécialistes, passionnés par le XIXe siècle en général et le second Empire en particulier, ne pourront qu’apprécier cette plongée inédite dans l’atmosphère si particulière du « siècle de Napoléon III » et arpenteront avec satisfaction les salles reconstituant, dans une mise en scène particulièrement réussie, des intérieurs palatiaux, le Salon de 1863 ou encore, « clou du spectacle », les galeries des expositions universelles. En revanche, l’amateur d’histoire de l’édition restera sur sa faim : car le livre est le grand absent de cette exposition pourtant censée peindre la fresque de la vie culturelle des années 1850-1860.

© Musée d’Orsay

Lire la suite

Le projet DEF 19 vu de la bibliothèque universitaire

Le libre accès aux publications scientifiques et aux données de la recherche constitue aujourd’hui un cheval de bataille des bibliothèques universitaires. Frappées par l’augmentation constante du coût des ressources électroniques et soucieuses depuis toujours de défendre l’accès le plus large possible aux travaux de leurs chercheurs, les bibliothèques universitaires voient dans le libre accès un enjeu majeur de l’information scientifique et technique de demain. À la Direction des Bibliothèques et de l’Information Scientifique et Technique (DBIST) de l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, pour répondre à l’importance grandissante de ces enjeux, un pôle des services à la recherche s’est créé et, à l’intérieur de ce pôle, une équipe de trois personnes a plus spécifiquement en charge la veille sur les questions de libre accès et de données de la recherche ainsi que l’accompagnement des projets dans ce domaine. C’est ainsi que cette équipe a eu l’occasion de jouer un rôle de conseil auprès du programme ANR POLIMA, qui a pour objectif de mettre en ligne une bibliographie et un corpus de textes médiévaux à listes, et qu’elle s’est impliquée dès le début dans le projet de Dictionnaire des éditeurs français du XIXe siècle (DEF19). Lire la suite

Lancement de la 2e journée d’études DEF19 : « Marges et périphéries du monde du livre au XIXe siècle » sur Sciencesconf.org

Nous organisons une 2ème journée d’études intitulée « Marges et périphéries du monde du livre au XIXe siècle », qui aura lieu à l’Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines les 23 et 24 février 2017.

Cette journée d’études est le deuxième événement scientifique organisé dans le cadre du projet ANR DEF19 (Dictionnaire des éditeurs français du XIXe siècle). Un premier rendez-vous, le 23 octobre 2015, intitulé « Dictionnaires et répertoires des gens du livre, en Europe et dans le monde. Expériences et perspectives », a permis de confronter les expériences d’entreprises de recensements effectuées dans différents espaces géographiques.

Cette deuxième journée d’études, d’échelle nationale celle-ci, aura pour thème les périphéries et les marges de l’activité éditoriale au XIXe siècle. À l’heure en effet où les grands éditeurs parisiens ou provinciaux ont pour beaucoup fait l’objet d’études historiques et sont donc relativement bien connus, le recensement entrepris par le projet DEF19 a pour ambition de faire sortir de l’ombre quantité de figures inconnues. Cette rencontre se propose donc de réfléchir aux enjeux historiographiques et méthodologiques de cette redécouverte des éditeurs marginaux, moins connus et/ou moins étudiés.

Cette journée d’études donnera lieu à plusieurs conférences invitées mais est ouverte à toutes propositions de communications répondant au cadre défini dans l’appel à communication lancé sur le site Sciencesconf.org et ci-dessous exposé. Lire la suite

DEF19 sur Canal-U

Canal-U (le webtv de l’enseignement supérieur et de la recherche) est la vidéothèque numérique de l’enseignement supérieur. Le site, dont la maîtrise d’œuvre revient à la FMSH,  héberge plus de 15.000 ressources audiovisuelles gratuites à destination des étudiants et/ou enseignants, etc.

Canal-U - La vidéothèque numérique de l’enseignement supérieur et de la rechercheDepuis peu, Canal-U héberge plusieurs collections du CHCSC et notamment un espace dédié au programme ANR DEF19. Vous y trouverez à ce jour, l’ensemble des captations de la première journée d’études organisée par DEF19 le 23 octobre 2015.

Compte rendu de la 1ère Journée d’études internationales

Le 23 octobre 2015, à la Bibliothèque de l’Arsenal, se tenait la première journée d’études du projet DEF19 intitulée « Dictionnaires et répertoires des gens du livre, en Europe et dans le monde. Expériences et perspectives. »

Vous trouverez ci-dessous un compte-rendu de cette journée ainsi que les captations des interventions. En cliquant sur les images, vous retrouverez les liens vers les vidéos, dont les auteurs ont accepté la diffusion.


Lire la suite

Journée d’études internationale, 23 octobre 2015

Le 23 octobre 2015 aura lieu le premier rendez-vous scientifique du projet DEF19 :

Dictionnaires et répertoires des gens du livre,
en Europe et dans le monde.
Expériences et perspectives

 Journée d’études internationale

23 octobre 2015

Bibliothèque de l’Arsenal (1 rue de Sully, Paris 4e)

Inscription obligatoire avant le lundi 19 octobre 2015 à l’adresse : anr.def19@gmail.com

Programme provisoire

  Lire la suite

Séminaire du CHCSC

Troisème séance de ce séminaire consacré à la question de l’interdisciplinarité et des enjeux qu’elle pose à l’histoire culturelle.

Vendredi 19 juin 2015, 9h30-12h30

j-hetzel-cie-georges-roux-1890.png
Le livre et l’édition au prisme de l’histoire culturelle

Jean-Charles Geslot (UVSQ/CHCSC)
Un dictionnaire des éditeurs français du XIXe siècle : quel apport pour l’histoire culturelle ?

Le CHCSC est porteur depuis la rentrée 2014 d’un projet collectif, financé par l’ANR : « DEF19 ». Ce programme qui vise à établir un dictionnaire des éditeurs français du XIXe siècle, cherche à doter la communauté scientifique d’un outil qui manque aujourd’hui, et que les développements, désormais ancrés dans une longue histoire, de l’étude du monde et des métiers du livre, rendent aujourd’hui possible tout autant qu’indispensable. Pour ce faire, DEF19 associe une équipe de chercheurs du CHCSC ainsi que des conservateurs de la BnF et des Archives nationales, dans un double esprit de collaboration entre universitaires et professionnels et de comparaison internationale, avec d’autres entreprises du même type menées à l’étranger.
L’objectif de ce projet est double lui aussi : d’une part, réaliser une recension exhaustive de tous ceux qui ont édité au moins un ouvrage entre 1800 et 1914, pour en proposer des notices biographiques systématiques. D’autre part, constituer une base de données numérique et interactive, qui permettra d’aller plus loin que cette simple dimension biographique, en permettant une analyse prosopographique de ce monde des éditeurs, de mieux comprendre la constitution de ce groupe, ses caractéristiques, ses stratégies. Acteurs majeurs de cette évolution culturelle contemporaine qu’est l’entrée dans l’ère de la culture de masse, les éditeurs du XIXe siècle sont au cœur de processus variés, tant les évolutions des formes et de la diffusion de la littérature que l’économie de cette industrie du livre ou la structuration professionnelle des métiers culturels.
Parce que les éditeurs sont au cœur des évolutions culturelles du XIXe siècle, ce dictionnaire des éditeurs en gestation doit constituer un outil précieux pour la recherche en histoire culturelle. Il s’agira donc d’en comprendre les enjeux scientifiques tout autant que la méthodologie.

Serge Linarès (UVSQ/CHCSC)
Pour une approche herméneutique du livre illustré depuis Mallarmé

Principal espace de collaboration entre écrivains et artistes, le livre illustré déroute souvent la démarche interprétative du fait de son hétérogénéité sémiotique. Depuis la fin du XIXe siècle, la modernité ajoute à l’embarras critique en contestant la subordination sémantique de l’image au texte. Illustrée d’exemples, cette communication s’essaiera à proposer une méthode d’investigation à plusieurs niveaux. Afin d’envisager le livre à figures dans la complexité de ses moyens et de ses enjeux, elle plaidera pour une approche herméneutique ramifiée, procédant par réductions successives de focale. Préalable à toute investigation, la contextualisation esthétique et socio-historique débouche sur l’évaluation du rôle de chacun – auteur, artiste, éditeur – dans le processus de création. Après quoi, l’ouvrage bimédial invite à l’étude de sa matérialité et de son imaginaire, dans le souci constant d’articuler entre eux les moyens d’expression et de ne majorer ni la part lisible, ni la part visible. Somme toute, c’est à la complémentarité des approches analytiques que tend une pareille herméneutique, à la traverse d’études plus descriptives ou formalistes.

De l’utilité du fonds F18 pour les chercheurs en histoire du livre – Position de thèse de Marie-Claire Boscq

LA LIBRAIRIE PARISIENNE SOUS SURVEILLANCE (1814-1848)

Imprimeurs en lettres et Libraires sous les monarchies constitutionnelles.

Thèse de doctorat d’Histoire – Marie-Claire BOSCQ

 

La thèse que nous avons présentée en décembre 2013 à l’UVSQ, sous la direction du professeur Jean-Yves Mollier, s’inscrit dans l’Histoire du livre. Elle se situe à la croisée de plusieurs champs d’étude : la réglementation de la production et de la diffusion des écrits, les « gens du livre » et la police de la librairie[1].

Notre travail a commencé aux Archives nationales par l’étude des dossiers de brevets[2], imprimeurs en lettres et libraires parisiens de la première moitié du XIXe siècle. Un dossier de brevet complet devrait contenir au moins les documents suivants : la lettre initiale de demande du postulant accompagnée de son acte de naissance ou de baptême, un certificat de capacité signé par quatre professionnels brevetés, et un certificat de moralité rédigé par le maire[3] de la commune sur attestation de deux témoins, en présence du demandeur. Figurent également au dossier les rapports d’enquêtes menées par la direction de la Librairie d’une part et la préfecture de police d’autre part. Ce sont essentiellement les rapports sur lesquels se fonde le pouvoir pour agréer ou non une demande. Ces rapports sont d’un grand intérêt. Ils sont révélateurs des considérations retenues par le pouvoir pour prendre sa décision, celles qui militent en faveur d’un candidat ou, à l’inverse, celles qui conduisent au rejet de sa demande. De l’ensemble des documents ressortent aussi des informations permettant de caractériser les « hommes du livre » et de cerner la sociologie du milieu. Dans le dossier d’un breveté, figure aussi bien souvent une copie du titre qui lui a été décerné, et, parfois, le brevet d’un prédécesseur. Tel peut être en l’occurrence dans ce dernier cas celui d’un imprimeur en lettres soumis au numerus clausus, le pouvoir ne délivrant à ces professionnels que des brevets de substitution, d’où annulation d’un brevet antérieur[4]. Lire la suite

Le fonds Q10 de la Bibliothèque nationale de France : catalogues de libraires et d’éditeurs

« Je ne sais pas de lecture plus facile, plus attrayante, plus douce que celle d’un catalogue[1]. » [Anatole France, 1881]

« Décidément, j’aime les catalogues, c’est presque aussi beau qu’un indicateur de chemin de fer, on y voyage. On y prend une vue assez juste de l’humanité, de celle qui pense. » [Gaston Gallimard, 1916]

La Bibliothèque nationale de France possède une collection de catalogues de libraires et d’éditeurs, français et étrangers, parmi les plus riches d’Europe. Rares sont en effet les bibliothèques à avoir conservé ces documents, en raison de la fragilité de leur support (impression souvent sur un papier de médiocre qualité) et de leur nature même (documents promotionnels considérés comme éphémères).

catalogue1

Ces catalogues sont cependant des témoins précieux du commerce du livre et de la librairie, et constituent des sources importantes pour la bibliographie, l’histoire du livre et de l’édition ainsi que pour l’histoire littéraire[2] et culturelle.

En effet, à quelles sources se référer lorsque l’on est chercheur et que l’on s’intéresse par exemple à l’histoire de la souscription, aux relations entre universitaires et éditeurs, aux libraires allemands établis à Paris, aux grammaires scolaires ou aux collections littéraires du XIXe siècle ?

Lire la suite