Nouvelle séance des « Ateliers du livre de la BnF : Bibliothèques et pouvoir(s) » – mardi 15 novembre 2016

Les Ateliers du livre de la Bibliothèque nationale de France proposent, sous forme de journées d’études, un rendez-vous régulier sur l’histoire du livre et son univers contemporain. Ce mardi 15 novembre 2016 de 14h00 à 19h15 est proposée une journée intitulée :

« Bibliothèques et pouvoir(s) »

atelier-15-novScène de dédicace : Guillaume Crétin offrant son ouvrage à François Ier – Recueil sommaire des cronicques françoyses (Chroniques françaises). – Paris, 1515-1516. – Copyright : BnF. Manuscrits occidentaux – http://visualiseur.bnf.fr/Visualiseur?Destination=Daguerre&O=8002175&E=JPEG&NavigationSimplifiee=ok&typeFonds=noir

Lire la suite

Appel à contributions : « Science(s) et édition(s) », numéro varia de la revue Philosophia Scientiae

Appel à contributions pour un numéro spécial de la revue Philosophia Scientiae
“Science(s) et édition(s), de 1780 à l’Entre-deux-guerres”

La revue
Philosophia Scientiæ est une revue scientifique à comité de lecture qui publie des travaux originaux en épistémologie, en histoire et en philosophie des sciences, ainsi qu’en philosophie analytique.

Thématique
Si l’histoire des sciences permet d’analyser l’émergence de nouvelles idées, techniques et/ou analyses, elle fait trop souvent l’impasse sur les contraintes matérielles et éditoriales auxquelles la production et la diffusion des connaissances scientifiques doivent faire face, en amont comme en aval. On pense par exemple à la complexité d’éditer au XIXe siècle des équations mathématiques, des graphiques, des schémas ou tout autre outil de visualisation. Encore en 1845, un mathématicien comme Augustin Cauchy (1789-1857) pouvait ainsi se plaindre du refus d’un de ses articles : « mais le Directeur du Journal, l’Institut, l’a refusé parce que son Imprimerie est mal montée en caractères »[1]. Ces contraintes éditoriales exercent une influence certaine sur la manière dont les auteurs ont formulé et/ou formalisé leurs pensées, soit, indirectement, sur la manière dont les sciences ont été élaborées ou encore sur la façon dont les connaissances ont été transmises.
L’histoire de l’édition, quant à elle, permet de rendre compte de certaines contraintes économiques, auxquelles l’édition scientifique a été confrontée, dans le cadre d’études monographiques notamment [Dhenin 1990; Gourevitch and Vincent 2006; Béguet 1990; Bensaude-Vincent and Rasmussen 1997; Bensaude-Vincent 2000; Tesnière 2001].
Finalement, malgré leurs intérêts communs et en dehors de quelques études récentes, l’histoire des sciences et l’histoire de l’édition demeurent deux champs largement disjoints [Verdier 2013; Anon. 2014]. Lire la suite

Spectaculaire Second Empire : et le livre dans tout ça ?

C’est l’un des événements parisiens de la rentrée culturelle. Très attendue par tous les amateurs d’histoire du XIXe siècle, l’exposition « Spectaculaire Second Empire » a ouvert ses portes le 19 septembre dernier au musée d’Orsay. Organisée pour célébrer les 30 ans du musée, elle rend hommage à un régime qui fit, il est vrai, beaucoup pour l’institution muséale, et se veut l’évocation d’une époque de fastes et de luxe, celle de la « Fête impériale », dont les commissaires de l’exposition souhaitent montrer une image renouvelée[1]. Etudiants, érudits, spécialistes, passionnés par le XIXe siècle en général et le second Empire en particulier, ne pourront qu’apprécier cette plongée inédite dans l’atmosphère si particulière du « siècle de Napoléon III » et arpenteront avec satisfaction les salles reconstituant, dans une mise en scène particulièrement réussie, des intérieurs palatiaux, le Salon de 1863 ou encore, « clou du spectacle », les galeries des expositions universelles. En revanche, l’amateur d’histoire de l’édition restera sur sa faim : car le livre est le grand absent de cette exposition pourtant censée peindre la fresque de la vie culturelle des années 1850-1860.

© Musée d’Orsay

Lire la suite