JE « Delphine de Girardin et son temps »

Journée d’étude « Delphine de Girardin et son temps »

3 juin 2015 – Rouen

http://ceredi.labos.univ-rouen.fr/main/IMG/arton346.jpg

Présentation dans le cadre des journées d’étude « Acteurs majeurs de la vie littéraire au XIXe siècle »
Comité scientifique : Françoise Court-Perez, Stéphanie Champeau, Sylvain Ledda

Une histoire de la littérature ne saurait se contenter d’explorer les grandes œuvres et les auteurs majeurs : elle s’ouvre nécessairement à d’autres espaces culturels afin de rendre plus compréhensibles les enjeux d’une époque. En ce sens, et pour ce qui concerne le mouvement romantique, il semble pertinent de montrer l’importance de certains littérateurs, journalistes, hommes de théâtre, que notre temps a relativement oubliés, les laissant dans l’ombre de leurs illustres contemporains. Ces acteurs de la vie artistique furent décisifs pour l’histoire culturelle et méritent une analyse détaillée.

Quatre journées d’études seront donc consacrées à des acteurs majeurs de la vie littéraire et culturelle foisonnante du XIXe siècle, tous reliés au romantisme ou à son ère, même s’ils n’ont pas acquis la notoriété des auteurs connus dont ils furent les compagnons. Ces personnalités, trop souvent considérées comme des minores, permettent de mieux comprendre la vie intellectuelle de leur temps. Ces auteurs témoignent du foisonnement d’une période novatrice qui a vu les modes de publication et de réception profondément transformés grâce à la naissance de la presse à grande diffusion (en 1836, grâce à Émile de Girardin). Il s’agit donc, non de procéder à une recherche archéologique, à des exhumations comme l’a fait Gautier avec ses Grotesques (1833 à 1843) par exemple, mais de témoigner de la place qu’ont occupée ceux qui ont hautement participé, au XIXe siècle, à un mouvement de redéploiement de l’espace culturel. Il ne saurait être question de les évoquer tous, mais il convient de souligner l’influence de ceux qui ont eu un rôle à l’évidence déterminant.

La première journée d’étude sera consacrée à Delphine de Girardin (1804-1855), l’épouse du grand patron de presse. Fille aînée d’une contemporaine de Voltaire, Sophie Gay qui tenait salon, et considérée comme la muse des salons de la Restauration, elle connut Hugo dès seize ans, collabora à la Muse française en 1822, fut félicitée pour ses vers par Chateaubriand. Elle eut un véritable talent littéraire et son œuvre est assez féconde : poésies, chroniques pleines de verve dans La Presse (Lettres parisiennes), et théâtre, parfois censuré (l’École des journalistes en 1832) puis joué avec succès au Théâtre Français de 1843 à 1847. Enjouée, chaleureuse, elle protégea certains auteurs comme Gautier dont elle fut l’amie et fut une des premières à soutenir Rachel pour laquelle elle écrivit une pièce.

(3 juin 2015)

Lire la suite

Congrès Médias 19 (8-12 juin 2015)

Congrès Médias 19 – Paris, 8-12 juin 2015 – Programme général

congres-medias-19-paris-8-12-juin-2015-programme-general

Congrès Médias 19 – Les journalistes : identités et modernités
Paris, Centre culturel canadien – 8 au 12 juin 2015
5 rue de Constantine, Paris (75007)

Organisation générale

Guillaume Pinson (Université Laval)
Marie-Ève Thérenty (Université de Montpellier 3 / Rirra 21)

Partenaires

Le congrès Médias 19 est soutenu financièrement par l’Agence nationale de la recherche (France) et le Conseil de recherche en sciences humaines du Canada. Il bénéficie du soutien du Centre culturel canadien de Paris, que les organisateurs remercient chaleureusement.

Axes et responsables

Axe 1. Être journaliste : identités, pratiques et trajectoires
Marie-Ève Thérenty (Université de Montpellier 3) et Anthony Glinoer (Université de Sherbrooke)

Axe 2. La mondialisation des imaginaires médiatiques
Marie-Ève Thérenty (Université de Montpellier 3) et Yoan Vérilhac (Université de Nîmes)

Axe 3. Culture médiatique et culture numérique
Guillaume Pinson (Université Laval) et Pascal Brissette (Université McGill)

Axe 4. Le rire médiatique
Alain Vaillant (Université Paris Ouest) et Pascal Brissette (Université McGill)

Axe 5. La modernité médiatique de la « petite presse »
Alain Vaillant (Université de Paris Ouest) et Olivier Bara (Université de Lyon 2)

Lire la suite

De l’utilité du fonds F18 pour les chercheurs en histoire du livre – Position de thèse de Marie-Claire Boscq

LA LIBRAIRIE PARISIENNE SOUS SURVEILLANCE (1814-1848)

Imprimeurs en lettres et Libraires sous les monarchies constitutionnelles.

Thèse de doctorat d’Histoire – Marie-Claire BOSCQ

 

La thèse que nous avons présentée en décembre 2013 à l’UVSQ, sous la direction du professeur Jean-Yves Mollier, s’inscrit dans l’Histoire du livre. Elle se situe à la croisée de plusieurs champs d’étude : la réglementation de la production et de la diffusion des écrits, les « gens du livre » et la police de la librairie[1].

Notre travail a commencé aux Archives nationales par l’étude des dossiers de brevets[2], imprimeurs en lettres et libraires parisiens de la première moitié du XIXe siècle. Un dossier de brevet complet devrait contenir au moins les documents suivants : la lettre initiale de demande du postulant accompagnée de son acte de naissance ou de baptême, un certificat de capacité signé par quatre professionnels brevetés, et un certificat de moralité rédigé par le maire[3] de la commune sur attestation de deux témoins, en présence du demandeur. Figurent également au dossier les rapports d’enquêtes menées par la direction de la Librairie d’une part et la préfecture de police d’autre part. Ce sont essentiellement les rapports sur lesquels se fonde le pouvoir pour agréer ou non une demande. Ces rapports sont d’un grand intérêt. Ils sont révélateurs des considérations retenues par le pouvoir pour prendre sa décision, celles qui militent en faveur d’un candidat ou, à l’inverse, celles qui conduisent au rejet de sa demande. De l’ensemble des documents ressortent aussi des informations permettant de caractériser les « hommes du livre » et de cerner la sociologie du milieu. Dans le dossier d’un breveté, figure aussi bien souvent une copie du titre qui lui a été décerné, et, parfois, le brevet d’un prédécesseur. Tel peut être en l’occurrence dans ce dernier cas celui d’un imprimeur en lettres soumis au numerus clausus, le pouvoir ne délivrant à ces professionnels que des brevets de substitution, d’où annulation d’un brevet antérieur[4]. Lire la suite

Journée d’études « Fictions Sentimentales » (26 mars 2015)

Roman à l’eau de rose, littérature sentimentale, romance, ces récits sont écris et lus par des femmes. Le roman sentimental demeure un « mauvais genre » pourtant, il rencontre un vif succès et sa production est dynamique. La journée d’étude du 26 mars se propose de parcourir, sans préjugés, cette production à travers ses formes, sa réception auprès des lecteurs et d’interroger sa place dans les institutions culturelles.

Lire la suite