De l’utilité du fonds F18 pour les chercheurs en histoire du livre – Position de thèse de Marie-Claire Boscq

LA LIBRAIRIE PARISIENNE SOUS SURVEILLANCE (1814-1848)

Imprimeurs en lettres et Libraires sous les monarchies constitutionnelles.

Thèse de doctorat d’Histoire – Marie-Claire BOSCQ

 

La thèse que nous avons présentée en décembre 2013 à l’UVSQ, sous la direction du professeur Jean-Yves Mollier, s’inscrit dans l’Histoire du livre. Elle se situe à la croisée de plusieurs champs d’étude : la réglementation de la production et de la diffusion des écrits, les « gens du livre » et la police de la librairie[1].

Notre travail a commencé aux Archives nationales par l’étude des dossiers de brevets[2], imprimeurs en lettres et libraires parisiens de la première moitié du XIXe siècle. Un dossier de brevet complet devrait contenir au moins les documents suivants : la lettre initiale de demande du postulant accompagnée de son acte de naissance ou de baptême, un certificat de capacité signé par quatre professionnels brevetés, et un certificat de moralité rédigé par le maire[3] de la commune sur attestation de deux témoins, en présence du demandeur. Figurent également au dossier les rapports d’enquêtes menées par la direction de la Librairie d’une part et la préfecture de police d’autre part. Ce sont essentiellement les rapports sur lesquels se fonde le pouvoir pour agréer ou non une demande. Ces rapports sont d’un grand intérêt. Ils sont révélateurs des considérations retenues par le pouvoir pour prendre sa décision, celles qui militent en faveur d’un candidat ou, à l’inverse, celles qui conduisent au rejet de sa demande. De l’ensemble des documents ressortent aussi des informations permettant de caractériser les « hommes du livre » et de cerner la sociologie du milieu. Dans le dossier d’un breveté, figure aussi bien souvent une copie du titre qui lui a été décerné, et, parfois, le brevet d’un prédécesseur. Tel peut être en l’occurrence dans ce dernier cas celui d’un imprimeur en lettres soumis au numerus clausus, le pouvoir ne délivrant à ces professionnels que des brevets de substitution, d’où annulation d’un brevet antérieur[4]. Lire la suite

Appel à contribution : « Une fabrique collective du patrimoine littéraire (XIXe-XXIe siècles) »

« Une fabrique collective du patrimoine littéraire (XIXe-XXIe siècles). Les collections de monographies illustrees », numéro spécial de Mémoires du livre. Studies in Book Culture, s. dir. David Martens (KULeuven – MDRN) et Mathilde Labbé (Université Paris Sorbonne), vol. 7, n° 1, automne 2015.

Au cours du XIXe siècle, l’économie du livre, alors en plein essor, a été marquée par l’apparition de séries d’ouvrages consacrés aux écrivains. Qu’il s’agisse de biographies, de recueils de portraits ou encore d’essais critiques, l’iconographie, qui se développe grâce aux nouvelles techniques d’impression, y joue un rôle de plus en plus important. Contribuant à la fabrique d’un patrimoine littéraire fondé sur l’évocation de figures présentées comme admirables et sacralisées, ces collections sont partie intégrante de ce qui est apparu a posteriori comme une vaste politique d’extension du lectorat. Reste que, si elles ont marqué la médiation de la littérature et son histoire, elles constituent une niche encore relativement méconnue du champ éditorial, en dépit de leur impact sur le marché du livre et le rapport à la chose littéraire.

Lire la suite

Parution : « Hetzel éditeur populaire »

Le Rocambole, n°68-69, automne-hiver 2014 : « Hetzel éditeur populaire »
Ouvrage dirigé par Daniel Compère & Robert Soubret

Resumé :
Voici bien longtemps que Le Rocambole n’a pas consacré de dossier à un éditeur ! C’est cependant un angle d’approche essentiel pour observer et comprendre les spécificités des romans populaires. L’éditeur Pierre Jules Hetzel s’est imposé comme sujet à aborder en 2014 à l’occasion d’un double centenaire qui le concerne : d’une part, Hetzel est né en 1814 et nous saluons donc son bicentenaire. A sa mort en 1886, son fils, Louis-Jules Hetzel reprit la direction de la maison. Mais des difficultés de gestion de plus en plus importantes l’amenèrent à vendre son fonds à la maison Hachette, contrat qui fut signé le 1er juillet 1914. C’est donc, l’autre anniversaire qui marque un événement dans le monde de l’édition et va entraîner, entre autres, la création de la « Bibliothèque verte » en 1924. Bien des travaux ont déjà été consacrés à l’éditeur Hetzel, mais il restait à prendre l’angle de l’éditeur populaire et l’on verra que notre dossier est riche en éclairages nouveaux sur cet éditeur. Hetzel éditeur fut aussi un auteur sous le pseudonyme de Stahl, aussi ce dossier est-il accompagné d’un conte paru sous cette signature. C’est même un double conte avec un premier récit et un second qui vient le compléter.

Lire la suite