Séminaire du CHCSC

Troisème séance de ce séminaire consacré à la question de l’interdisciplinarité et des enjeux qu’elle pose à l’histoire culturelle.

Vendredi 19 juin 2015, 9h30-12h30

j-hetzel-cie-georges-roux-1890.png
Le livre et l’édition au prisme de l’histoire culturelle

Jean-Charles Geslot (UVSQ/CHCSC)
Un dictionnaire des éditeurs français du XIXe siècle : quel apport pour l’histoire culturelle ?

Le CHCSC est porteur depuis la rentrée 2014 d’un projet collectif, financé par l’ANR : « DEF19 ». Ce programme qui vise à établir un dictionnaire des éditeurs français du XIXe siècle, cherche à doter la communauté scientifique d’un outil qui manque aujourd’hui, et que les développements, désormais ancrés dans une longue histoire, de l’étude du monde et des métiers du livre, rendent aujourd’hui possible tout autant qu’indispensable. Pour ce faire, DEF19 associe une équipe de chercheurs du CHCSC ainsi que des conservateurs de la BnF et des Archives nationales, dans un double esprit de collaboration entre universitaires et professionnels et de comparaison internationale, avec d’autres entreprises du même type menées à l’étranger.
L’objectif de ce projet est double lui aussi : d’une part, réaliser une recension exhaustive de tous ceux qui ont édité au moins un ouvrage entre 1800 et 1914, pour en proposer des notices biographiques systématiques. D’autre part, constituer une base de données numérique et interactive, qui permettra d’aller plus loin que cette simple dimension biographique, en permettant une analyse prosopographique de ce monde des éditeurs, de mieux comprendre la constitution de ce groupe, ses caractéristiques, ses stratégies. Acteurs majeurs de cette évolution culturelle contemporaine qu’est l’entrée dans l’ère de la culture de masse, les éditeurs du XIXe siècle sont au cœur de processus variés, tant les évolutions des formes et de la diffusion de la littérature que l’économie de cette industrie du livre ou la structuration professionnelle des métiers culturels.
Parce que les éditeurs sont au cœur des évolutions culturelles du XIXe siècle, ce dictionnaire des éditeurs en gestation doit constituer un outil précieux pour la recherche en histoire culturelle. Il s’agira donc d’en comprendre les enjeux scientifiques tout autant que la méthodologie.

Serge Linarès (UVSQ/CHCSC)
Pour une approche herméneutique du livre illustré depuis Mallarmé

Principal espace de collaboration entre écrivains et artistes, le livre illustré déroute souvent la démarche interprétative du fait de son hétérogénéité sémiotique. Depuis la fin du XIXe siècle, la modernité ajoute à l’embarras critique en contestant la subordination sémantique de l’image au texte. Illustrée d’exemples, cette communication s’essaiera à proposer une méthode d’investigation à plusieurs niveaux. Afin d’envisager le livre à figures dans la complexité de ses moyens et de ses enjeux, elle plaidera pour une approche herméneutique ramifiée, procédant par réductions successives de focale. Préalable à toute investigation, la contextualisation esthétique et socio-historique débouche sur l’évaluation du rôle de chacun – auteur, artiste, éditeur – dans le processus de création. Après quoi, l’ouvrage bimédial invite à l’étude de sa matérialité et de son imaginaire, dans le souci constant d’articuler entre eux les moyens d’expression et de ne majorer ni la part lisible, ni la part visible. Somme toute, c’est à la complémentarité des approches analytiques que tend une pareille herméneutique, à la traverse d’études plus descriptives ou formalistes.

JE « Delphine de Girardin et son temps »

Journée d’étude « Delphine de Girardin et son temps »

3 juin 2015 – Rouen

http://ceredi.labos.univ-rouen.fr/main/IMG/arton346.jpg

Présentation dans le cadre des journées d’étude « Acteurs majeurs de la vie littéraire au XIXe siècle »
Comité scientifique : Françoise Court-Perez, Stéphanie Champeau, Sylvain Ledda

Une histoire de la littérature ne saurait se contenter d’explorer les grandes œuvres et les auteurs majeurs : elle s’ouvre nécessairement à d’autres espaces culturels afin de rendre plus compréhensibles les enjeux d’une époque. En ce sens, et pour ce qui concerne le mouvement romantique, il semble pertinent de montrer l’importance de certains littérateurs, journalistes, hommes de théâtre, que notre temps a relativement oubliés, les laissant dans l’ombre de leurs illustres contemporains. Ces acteurs de la vie artistique furent décisifs pour l’histoire culturelle et méritent une analyse détaillée.

Quatre journées d’études seront donc consacrées à des acteurs majeurs de la vie littéraire et culturelle foisonnante du XIXe siècle, tous reliés au romantisme ou à son ère, même s’ils n’ont pas acquis la notoriété des auteurs connus dont ils furent les compagnons. Ces personnalités, trop souvent considérées comme des minores, permettent de mieux comprendre la vie intellectuelle de leur temps. Ces auteurs témoignent du foisonnement d’une période novatrice qui a vu les modes de publication et de réception profondément transformés grâce à la naissance de la presse à grande diffusion (en 1836, grâce à Émile de Girardin). Il s’agit donc, non de procéder à une recherche archéologique, à des exhumations comme l’a fait Gautier avec ses Grotesques (1833 à 1843) par exemple, mais de témoigner de la place qu’ont occupée ceux qui ont hautement participé, au XIXe siècle, à un mouvement de redéploiement de l’espace culturel. Il ne saurait être question de les évoquer tous, mais il convient de souligner l’influence de ceux qui ont eu un rôle à l’évidence déterminant.

La première journée d’étude sera consacrée à Delphine de Girardin (1804-1855), l’épouse du grand patron de presse. Fille aînée d’une contemporaine de Voltaire, Sophie Gay qui tenait salon, et considérée comme la muse des salons de la Restauration, elle connut Hugo dès seize ans, collabora à la Muse française en 1822, fut félicitée pour ses vers par Chateaubriand. Elle eut un véritable talent littéraire et son œuvre est assez féconde : poésies, chroniques pleines de verve dans La Presse (Lettres parisiennes), et théâtre, parfois censuré (l’École des journalistes en 1832) puis joué avec succès au Théâtre Français de 1843 à 1847. Enjouée, chaleureuse, elle protégea certains auteurs comme Gautier dont elle fut l’amie et fut une des premières à soutenir Rachel pour laquelle elle écrivit une pièce.

(3 juin 2015)

Lire la suite