Les Ateliers du livre de la BnF : « Habiller le livre », 24 mai 2016

La Bibliothèque nationale de France organise chaque année, depuis 2002, deux demi- journées d’étude, ouvertes à tous sans inscription, appelées : « Les Ateliers du livre ». Si l’Atelier de décembre est toujours consacré à l’histoire des bibliothèques, celui du printemps traite de l’histoire du livre et de son environnement contemporain.

Atelier_BnF_2016-05-24Le prochain Atelier du livre, « Habiller le livre : phénomène de mode ou enjeu éditorial », organisé à la BnF (site Tolbiac, petit auditorium) en partenariat avec l’Université de Paris Ouest Nanterre la Défense (UPOND) le 24 mai 2016 de 14h à 19h00,  interrogera les fonctions et les enjeux des couvertures de livres. Apparue au cours de la première « révolution du livre » , élément essentiel dans la construction de l’identité des maisons d’édition au XIXe siècle, la couverture pose, à l’heure du numérique et de la « troisième révolution du livre », de nouvelles questions qui seront discutées au cours de l’Atelier.

Lire la suite

Parution : Bibliothèques, Strasbourg, origines-XXIe siècle

Nous venons d’apprendre la parution de ce nouvel ouvrage paru aux Éditions des Cendres :
https://2.bp.blogspot.com/-RDLJ5Z4TYeM/VfGjJ8yPrfI/AAAAAAAAS3I/fpU7pT5FiHo/s1600/IMG_1849.jpg
Auteurs :
Frédéric Barbier, Georges Bischoff, Agathe Bischoff-Moralès, Laura Blasutto, Daniel Bornemann, Laurence Buchholzer, Rémy Casin, Livia Castelli, Vincent Chappuis, Marisa Midori Deaecto, Christophe Didier, Christine Esch, Élise Girold, Julien Gueslin, Annika Hass, Edern Hirstein, François Igersheim, Christine de Joux, Pierre Le Masne, Claude Lorentz, Loraine Marcheix, Catherine Maurer, István Monok, Dorothée Rusque, Gabriel Sabbagh, Louis Schlaefli.

Résumé :
Peu de villes ont une image davantage liée à l’histoire du livre et des bibliothèques en Occident que celle de Strasbourg.
Cette ancienne ville libre et impériale est celle-là même qui accueillit Gutenberg à ses débuts, pour la mise au point de la typographie en caractères mobiles. Au-delà d’un Moyen Âge particulièrement brillant, les bibliothèques de Strasbourg sont liées au double phénomène de l’humanisme et de la Réforme. Les enseignants de la Haute École de Jean Sturm, puis de l’Université, constituent le premier vivier d’auteurs et d’intermédiaires susceptibles d’alimenter la demande en imprimés.
Source : http://histoire-du-livre.blogspot.fr/2015/09/vient-de-paraitre-bibliotheque.html

De l’utilité du fonds F18 pour les chercheurs en histoire du livre – Position de thèse de Marie-Claire Boscq

LA LIBRAIRIE PARISIENNE SOUS SURVEILLANCE (1814-1848)

Imprimeurs en lettres et Libraires sous les monarchies constitutionnelles.

Thèse de doctorat d’Histoire – Marie-Claire BOSCQ

 

La thèse que nous avons présentée en décembre 2013 à l’UVSQ, sous la direction du professeur Jean-Yves Mollier, s’inscrit dans l’Histoire du livre. Elle se situe à la croisée de plusieurs champs d’étude : la réglementation de la production et de la diffusion des écrits, les « gens du livre » et la police de la librairie[1].

Notre travail a commencé aux Archives nationales par l’étude des dossiers de brevets[2], imprimeurs en lettres et libraires parisiens de la première moitié du XIXe siècle. Un dossier de brevet complet devrait contenir au moins les documents suivants : la lettre initiale de demande du postulant accompagnée de son acte de naissance ou de baptême, un certificat de capacité signé par quatre professionnels brevetés, et un certificat de moralité rédigé par le maire[3] de la commune sur attestation de deux témoins, en présence du demandeur. Figurent également au dossier les rapports d’enquêtes menées par la direction de la Librairie d’une part et la préfecture de police d’autre part. Ce sont essentiellement les rapports sur lesquels se fonde le pouvoir pour agréer ou non une demande. Ces rapports sont d’un grand intérêt. Ils sont révélateurs des considérations retenues par le pouvoir pour prendre sa décision, celles qui militent en faveur d’un candidat ou, à l’inverse, celles qui conduisent au rejet de sa demande. De l’ensemble des documents ressortent aussi des informations permettant de caractériser les « hommes du livre » et de cerner la sociologie du milieu. Dans le dossier d’un breveté, figure aussi bien souvent une copie du titre qui lui a été décerné, et, parfois, le brevet d’un prédécesseur. Tel peut être en l’occurrence dans ce dernier cas celui d’un imprimeur en lettres soumis au numerus clausus, le pouvoir ne délivrant à ces professionnels que des brevets de substitution, d’où annulation d’un brevet antérieur[4]. Lire la suite

Conférence sur « Le livre au XIXe siècle » à la Bibliothèque de l’Arsenal

Dans le cadre de son cycle de conférences sur l’histoire du livre, la Bibliothèque nationale de France proposera, le 2 avril 2015, sur son site de l’Arsenal, une intervention sur « Le livre au XIXe siècle », assurée par Lucile Trunel, directrice de la Bibliothèque Forney.

Tous les renseignements sur le site de la BnF.

550px-Grand_Dictionnaire_universel_du_XIXe_siècle_-_Tome_1_-_Lettre_A

Appel à contribution : « Une fabrique collective du patrimoine littéraire (XIXe-XXIe siècles) »

« Une fabrique collective du patrimoine littéraire (XIXe-XXIe siècles). Les collections de monographies illustrees », numéro spécial de Mémoires du livre. Studies in Book Culture, s. dir. David Martens (KULeuven – MDRN) et Mathilde Labbé (Université Paris Sorbonne), vol. 7, n° 1, automne 2015.

Au cours du XIXe siècle, l’économie du livre, alors en plein essor, a été marquée par l’apparition de séries d’ouvrages consacrés aux écrivains. Qu’il s’agisse de biographies, de recueils de portraits ou encore d’essais critiques, l’iconographie, qui se développe grâce aux nouvelles techniques d’impression, y joue un rôle de plus en plus important. Contribuant à la fabrique d’un patrimoine littéraire fondé sur l’évocation de figures présentées comme admirables et sacralisées, ces collections sont partie intégrante de ce qui est apparu a posteriori comme une vaste politique d’extension du lectorat. Reste que, si elles ont marqué la médiation de la littérature et son histoire, elles constituent une niche encore relativement méconnue du champ éditorial, en dépit de leur impact sur le marché du livre et le rapport à la chose littéraire.

Lire la suite