Appel à contribution: « Charles Nodier et le roman gothique »

Journée d’études des Cahiers d’Études nodiéristes organisée par Émilie Pezard (ENS Lyon – UMR LIRE – ANR ANTICIPATION) et Georges Zaragoza (Université de Bourgogne – Centre Pluridisciplinaire Textes et Culture) – 15 janvier 2016, Université de Bourgogne

« Cependant rassure-toi : je me suis défendu, pour aujourd’hui, le genre ténébreux. Je ne te promènerai point dans les souterrains d’Anne Radcliffe, à travers les cachots et les cimetières, et je n’enrichirai pas mon récit des sublimes conceptions de nos dramaturges des boulevards. Tu ne verras ici, ni bandits, ni spectres, ni tour du Nord ; et tu me sauras gré d’y avoir ménagé, de mon mieux, l’effusion du sang dont je ne pouvais me passer. »

Cet avertissement qui ouvre le Dernier chapitre de mon roman (1803) est révélateur de l’ampleur de la vogue que connaît, au début du xixe siècle, le « genre ténébreux », que nous appelons aujourd’hui « roman noir » ou « gothique ». L’œuvre de Nodier, dans ses œuvres de fiction comme dans ses textes critiques, illustre de façon exemplaire l’immixtion de la « nouvelle école » naissante, le romantisme, et du roman noir, considéré dans la complexité de ses sources multiples : gothic novel de Lewis et « radcliffades », romantisme noir de Maturin, Schauerroman de Spiess, folklore diabolique alimentant les contes des Demoniana, auxquels s’ajoutent le Schiller des Brigands et, last but not least, Byron. Cette journée d’études vise ainsi à dessiner les contours d’un « Nodier gothique », qui, avec le conteur fantastique plus connu de La Fée aux miettes, permettra de compléter le portrait d’« un des inventeurs du romantisme français » (Jacques-Remi Dahan).

Lire la suite

JE « Delphine de Girardin et son temps »

Journée d’étude « Delphine de Girardin et son temps »

3 juin 2015 – Rouen

http://ceredi.labos.univ-rouen.fr/main/IMG/arton346.jpg

Présentation dans le cadre des journées d’étude « Acteurs majeurs de la vie littéraire au XIXe siècle »
Comité scientifique : Françoise Court-Perez, Stéphanie Champeau, Sylvain Ledda

Une histoire de la littérature ne saurait se contenter d’explorer les grandes œuvres et les auteurs majeurs : elle s’ouvre nécessairement à d’autres espaces culturels afin de rendre plus compréhensibles les enjeux d’une époque. En ce sens, et pour ce qui concerne le mouvement romantique, il semble pertinent de montrer l’importance de certains littérateurs, journalistes, hommes de théâtre, que notre temps a relativement oubliés, les laissant dans l’ombre de leurs illustres contemporains. Ces acteurs de la vie artistique furent décisifs pour l’histoire culturelle et méritent une analyse détaillée.

Quatre journées d’études seront donc consacrées à des acteurs majeurs de la vie littéraire et culturelle foisonnante du XIXe siècle, tous reliés au romantisme ou à son ère, même s’ils n’ont pas acquis la notoriété des auteurs connus dont ils furent les compagnons. Ces personnalités, trop souvent considérées comme des minores, permettent de mieux comprendre la vie intellectuelle de leur temps. Ces auteurs témoignent du foisonnement d’une période novatrice qui a vu les modes de publication et de réception profondément transformés grâce à la naissance de la presse à grande diffusion (en 1836, grâce à Émile de Girardin). Il s’agit donc, non de procéder à une recherche archéologique, à des exhumations comme l’a fait Gautier avec ses Grotesques (1833 à 1843) par exemple, mais de témoigner de la place qu’ont occupée ceux qui ont hautement participé, au XIXe siècle, à un mouvement de redéploiement de l’espace culturel. Il ne saurait être question de les évoquer tous, mais il convient de souligner l’influence de ceux qui ont eu un rôle à l’évidence déterminant.

La première journée d’étude sera consacrée à Delphine de Girardin (1804-1855), l’épouse du grand patron de presse. Fille aînée d’une contemporaine de Voltaire, Sophie Gay qui tenait salon, et considérée comme la muse des salons de la Restauration, elle connut Hugo dès seize ans, collabora à la Muse française en 1822, fut félicitée pour ses vers par Chateaubriand. Elle eut un véritable talent littéraire et son œuvre est assez féconde : poésies, chroniques pleines de verve dans La Presse (Lettres parisiennes), et théâtre, parfois censuré (l’École des journalistes en 1832) puis joué avec succès au Théâtre Français de 1843 à 1847. Enjouée, chaleureuse, elle protégea certains auteurs comme Gautier dont elle fut l’amie et fut une des premières à soutenir Rachel pour laquelle elle écrivit une pièce.

(3 juin 2015)

Lire la suite