Colloque international SERD/PLH/BNF : « L’histoire littéraire en mode mineur… » – 13-14 octobre 2016

Colloque international

« L’histoire littéraire en mode mineur : le rôle des bibliophiles dans la promotion d’un panthéon littéraire alternatif au XIXe siècle »

jeudi 13 octobre 2016 à la Bibliothèque Historique de la Ville de Paris

vendredi 14 octobre 2016 à la BnF | Bibliothèque de l’Arsenal

Un colloque international sur les liens entre bibliophilie et histoire littéraire au XIXe siècle, organisé par la BnF, le laboratoire Patrimoine Littérature Histoire de l’Université Toulouse-Jean Jaurès et la Société des études romantiques et dix-neuviémistes, se tiendra à la Bibliothèque Historique de la Ville de Paris le jeudi 13 octobre 2016 et à la Bibliothèque de l’Arsenal le vendredi 14 octobre 2016.

Lire la suite

Appel à communication : « Usages de la collection éditoriale… »

Appel à communication

 Usages de la collection éditoriale : circulation, matérialité et formes de réception (Europe-Amériques, XIXe-XXIe siècles)

17-18 novembre 2017, Université de Lausanne

 Les équipes de recherche des universités de Lausanne (UNIL-Section d’histoire et Centre des sciences historiques de la culture), Rennes 2 (Rennes2-CELLAM,) et Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines (UVSQ-CHCSC) proposent une rencontre internationale autour de la question des Usages de la collection éditoriale : Circulation, matérialité et formes de réception (Europe-Amériques, XIXe-XXIe siècles), à Lausanne les 17 et 18 novembre 2017.

Cette proposition s’inscrit dans la continuité du programme de recherche La collection éditoriale Europe-Amériques (XVIIIeXIXe siècles), labellisé MSHB et piloté depuis 2010 par Christine Rivalan Guégo et qui a comme objectif de fédérer des chercheurs autour de l’étude du phénomène éditorial des collections. Une première rencontre, organisée par Christine Rivalan Guégo et Miriam Nicoli, a déjà eu lieu à Rennes en 2012. À l’issue de cette première étape, un ouvrage collectif a été publié aux Presses universitaires de Rennes : C. Rivalan Guégo et M. Nicoli (éd.), avec une préface de Jean-Yves Mollier, La Collection : essor et affirmation d’un objet éditorial (Europe/Amériques XVIIIe-XXIe siècles), Rennes, PUR, 2014.

Lire la suite

Parution : Flammarion (1875-2015). 140 ans d’édition et de librairie

À l’occasion des 140 ans de la maison d’édition Flammarion, Pascal Fouché, en collaboration avec Alban Cerisier, publie :

Résumé :
Commencée à l’aube de la IIIe République, l’histoire des Éditions Flammarion s’étend du siècle d’Émile Zola aux années Michel Houellebecq. Ancrée dans son époque, sensible à toutes les couleurs de son environnement, cette maison porte l’empreinte des évolutions culturelles, politiques et sociales de son temps.
Objet d’instruction et de distraction, de progrès et de bien-être social, le livre doit se rendre accessible à tous : cette conviction, héritée de l’expérience fondatrice de la librairie, définit une politique éditoriale et commerciale continûment tournée vers les lecteurs. Ernest Flammarion, d’origine modeste, a ouvert la voie en s’associant en 1875 avec Charles Marpon, propriétaire d’une librairie bien achalandée dans les galeries du théâtre de l’Odéon. L’association connaît un succès rapide, avec un catalogue mêlant bientôt les œuvres littéraires, les divertissements fantaisistes, les ouvrages édifiants ou d’utilité pratique et les publications de vulgarisation scientifique – à l’image de l’Astronomie populaire de Camille Flammarion, frère aîné d’Ernest. Au fil des décennies, Flammarion s’est assuré une place majeure sur le marché du livre français, avec ses collections de grande diffusion, ses albums pour la jeunesse, ses départements consacrés aux beaux-livres, aux ouvrages pratiques et à tous les champs du savoir.
Illustré de très nombreux documents d’archives inédits, cet album rend compte pour la première fois d’une histoire essentiellement familiale, qui a rejoint récemment celle des Éditions Gallimard. Il révèle la variété d’un catalogue qui, à lui seul, offre une vue imprenable sur l’histoire des livres, des idées, de la création littéraire et des mœurs.

Source : http://www.gallimard.fr/Catalogue/GALLIMARD/Albums-Beaux-Livres/Flammarion-1875-2015
Sommaire détaillé et documents : http://www.gallimard.fr/Footer/Ressources/Entretiens-et-documents/Document-Flammarion-140-ans-d-edition-et-de-librairie/%28source%29/254622

Appel à contribution: « Charles Nodier et le roman gothique »

Journée d’études des Cahiers d’Études nodiéristes organisée par Émilie Pezard (ENS Lyon – UMR LIRE – ANR ANTICIPATION) et Georges Zaragoza (Université de Bourgogne – Centre Pluridisciplinaire Textes et Culture) – 15 janvier 2016, Université de Bourgogne

« Cependant rassure-toi : je me suis défendu, pour aujourd’hui, le genre ténébreux. Je ne te promènerai point dans les souterrains d’Anne Radcliffe, à travers les cachots et les cimetières, et je n’enrichirai pas mon récit des sublimes conceptions de nos dramaturges des boulevards. Tu ne verras ici, ni bandits, ni spectres, ni tour du Nord ; et tu me sauras gré d’y avoir ménagé, de mon mieux, l’effusion du sang dont je ne pouvais me passer. »

Cet avertissement qui ouvre le Dernier chapitre de mon roman (1803) est révélateur de l’ampleur de la vogue que connaît, au début du xixe siècle, le « genre ténébreux », que nous appelons aujourd’hui « roman noir » ou « gothique ». L’œuvre de Nodier, dans ses œuvres de fiction comme dans ses textes critiques, illustre de façon exemplaire l’immixtion de la « nouvelle école » naissante, le romantisme, et du roman noir, considéré dans la complexité de ses sources multiples : gothic novel de Lewis et « radcliffades », romantisme noir de Maturin, Schauerroman de Spiess, folklore diabolique alimentant les contes des Demoniana, auxquels s’ajoutent le Schiller des Brigands et, last but not least, Byron. Cette journée d’études vise ainsi à dessiner les contours d’un « Nodier gothique », qui, avec le conteur fantastique plus connu de La Fée aux miettes, permettra de compléter le portrait d’« un des inventeurs du romantisme français » (Jacques-Remi Dahan).

Lire la suite

Bibliothèques et bibliothécaires au XIXe siècle : séminaire d’histoire des mathématiques de l’IHP le 5 juin 2015

Le séminaire d’histoire des mathématiques de l’Institut Henri Poincaré propose ce 5 juin 2015, à partir de 14h, une séance sur « Bibliothèques et bibliothécaires au XIXe siècle », autour de deux interventions :
– « La constitution d’une bibliothèque pour une école d’ingénieurs : le cas de l’École des ponts et chaussées au XIXe siècle », par Anne Lacourt (Bibliothèque de l’École des ponts et chaussées) et Konstatinos Kostas Chatzis (LATTS, Ecole nationale des ponts et chaussées),
– « Les métiers du livre et les circulations mathématiques transatlantiques au XIXe siècle », par Thomas Preveraud (CRHIA, Université de Nantes)
Une table ronde terminera la séance, avec la participation, outre des conférenciers, de Norbert Verdier (GHDSO,  Université Paris-Sud 11) et Dominique Varry (ENSSIB Lyon).

Renseignements sur le site de l’IHP.

JE « Delphine de Girardin et son temps »

Journée d’étude « Delphine de Girardin et son temps »

3 juin 2015 – Rouen

http://ceredi.labos.univ-rouen.fr/main/IMG/arton346.jpg

Présentation dans le cadre des journées d’étude « Acteurs majeurs de la vie littéraire au XIXe siècle »
Comité scientifique : Françoise Court-Perez, Stéphanie Champeau, Sylvain Ledda

Une histoire de la littérature ne saurait se contenter d’explorer les grandes œuvres et les auteurs majeurs : elle s’ouvre nécessairement à d’autres espaces culturels afin de rendre plus compréhensibles les enjeux d’une époque. En ce sens, et pour ce qui concerne le mouvement romantique, il semble pertinent de montrer l’importance de certains littérateurs, journalistes, hommes de théâtre, que notre temps a relativement oubliés, les laissant dans l’ombre de leurs illustres contemporains. Ces acteurs de la vie artistique furent décisifs pour l’histoire culturelle et méritent une analyse détaillée.

Quatre journées d’études seront donc consacrées à des acteurs majeurs de la vie littéraire et culturelle foisonnante du XIXe siècle, tous reliés au romantisme ou à son ère, même s’ils n’ont pas acquis la notoriété des auteurs connus dont ils furent les compagnons. Ces personnalités, trop souvent considérées comme des minores, permettent de mieux comprendre la vie intellectuelle de leur temps. Ces auteurs témoignent du foisonnement d’une période novatrice qui a vu les modes de publication et de réception profondément transformés grâce à la naissance de la presse à grande diffusion (en 1836, grâce à Émile de Girardin). Il s’agit donc, non de procéder à une recherche archéologique, à des exhumations comme l’a fait Gautier avec ses Grotesques (1833 à 1843) par exemple, mais de témoigner de la place qu’ont occupée ceux qui ont hautement participé, au XIXe siècle, à un mouvement de redéploiement de l’espace culturel. Il ne saurait être question de les évoquer tous, mais il convient de souligner l’influence de ceux qui ont eu un rôle à l’évidence déterminant.

La première journée d’étude sera consacrée à Delphine de Girardin (1804-1855), l’épouse du grand patron de presse. Fille aînée d’une contemporaine de Voltaire, Sophie Gay qui tenait salon, et considérée comme la muse des salons de la Restauration, elle connut Hugo dès seize ans, collabora à la Muse française en 1822, fut félicitée pour ses vers par Chateaubriand. Elle eut un véritable talent littéraire et son œuvre est assez féconde : poésies, chroniques pleines de verve dans La Presse (Lettres parisiennes), et théâtre, parfois censuré (l’École des journalistes en 1832) puis joué avec succès au Théâtre Français de 1843 à 1847. Enjouée, chaleureuse, elle protégea certains auteurs comme Gautier dont elle fut l’amie et fut une des premières à soutenir Rachel pour laquelle elle écrivit une pièce.

(3 juin 2015)

Lire la suite

Congrès Médias 19 (8-12 juin 2015)

Congrès Médias 19 – Paris, 8-12 juin 2015 – Programme général

congres-medias-19-paris-8-12-juin-2015-programme-general

Congrès Médias 19 – Les journalistes : identités et modernités
Paris, Centre culturel canadien – 8 au 12 juin 2015
5 rue de Constantine, Paris (75007)

Organisation générale

Guillaume Pinson (Université Laval)
Marie-Ève Thérenty (Université de Montpellier 3 / Rirra 21)

Partenaires

Le congrès Médias 19 est soutenu financièrement par l’Agence nationale de la recherche (France) et le Conseil de recherche en sciences humaines du Canada. Il bénéficie du soutien du Centre culturel canadien de Paris, que les organisateurs remercient chaleureusement.

Axes et responsables

Axe 1. Être journaliste : identités, pratiques et trajectoires
Marie-Ève Thérenty (Université de Montpellier 3) et Anthony Glinoer (Université de Sherbrooke)

Axe 2. La mondialisation des imaginaires médiatiques
Marie-Ève Thérenty (Université de Montpellier 3) et Yoan Vérilhac (Université de Nîmes)

Axe 3. Culture médiatique et culture numérique
Guillaume Pinson (Université Laval) et Pascal Brissette (Université McGill)

Axe 4. Le rire médiatique
Alain Vaillant (Université Paris Ouest) et Pascal Brissette (Université McGill)

Axe 5. La modernité médiatique de la « petite presse »
Alain Vaillant (Université de Paris Ouest) et Olivier Bara (Université de Lyon 2)

Lire la suite

Le projet DEF19

Le carnet de recherche DEF19 fait partie intégrante du projet ANR du même nom, porté par le CHCSC de l’UVSQ, le Pôle Métiers du livre de l’UPOND, la BnF et les Archives nationales, qui a pour objectif de réaliser un Dictionnaire des éditeurs français du XIXe siècle (version papier et base de données en ligne). Ce carnet a pour but de proposer à la communauté des chercheurs, aux professionnels du livre, aux étudiants et à toute personne intéressée un ensemble de ressources scientifiques liées d’abord à la réalisation du projet, mais aussi sur la recherche actuelle, française et étrangère, en histoire de l’édition et des métiers du livre au XIXe siècle. Ce carnet de recherche porte sur l’histoire de l’édition et des métiers du livre au XIXe siècle.