Soutenance de thèse : “Bodoni imprimeur d’Europe” par A. De Pasquale

ÉCOLE PRATIQUE DES HAUTES ETUDES IVe section

Monsieur Andrea De Pasquale, directeur  général de la Bibliothèque nationale centrale d’Italie à Rome, soutiendra sa thèse

Bodoni, imprimeur d’Europe

le 22 octobre 2015 à partir de 14h, à l’École nationale des Chartes, 65 rue de  Richelieu, F- 75002 Paris, salle Léopold Delisle.

Jury :
Frédéric Barbier, directeur d’études à l’EPHE («Histoire et civilisation du livre»)
Lodovica Braida, professeur à l’Université de Milan
Pedro M. Cátedra, professeur à l’Université de Salamanque
Marisa Midori Deaecto, professeur à l’Université de São Paulo
Jean-Michel Leniaud, directeur de l’École nationale des chartes
István Monok, professeur à l’Université de Szeged, directeur général de la Bibliothèque et des Archives de l’Académie hongroise des sciences.

Résumé :
Jean-Baptiste Bodoni (1740-1813) est l’un des imprimeurs les plus célèbres du monde occidental et, pour l’Italie, le dernier représentant de la « Typographie d’Ancien Régime » en même temps que le premier des « modernes ». Il a en effet été le dernier capable de dessiner, graver et fondre lui-même ses caractères, tout en exerçant conjointement l’imprimerie et la librairie. Après lui, l’industrialisation du livre commence : les activités qu’il réunissait dans son entreprise, selon la tradition remontant à la naissance de l’imprimerie, se scindèrent sans retour, tandis que la production imprimée s’adressait désormais à la fois à des marchés plus vastes et à des publics différents et plus larges. Les tirages de masse s’accompagnèrent d’une baisse de la qualité et d’une plus grande banalité du style.
Grâce à Angelo Pezzana, directeur de la Bibliothèque de Parme au XIXème siècle, les outils utilisés par Bodoni pour fabriquer les caractères, mais aussi ses archives et une collection complète des volumes produits par son atelier, ont été conservés jusqu’à nos jours. Il est donc possible de reconstruire la vie de Bodoni, en insistant notamment sur ses rapports avec les cours d’Europe et avec le marché de la bibliophilie, sur les conditions et les pratiques de travail dans la fonderie de caractères et dans l’imprimerie, et sur la genèse des ouvrages les plus célèbres. La fortune qui a été la sienne remonte aux décennies qui suivent sa disparition et se prolonge jusqu’à aujourd’hui, où les caractères Bodoni sont utilisés dans les graphismes publicitaires et dans les revues, ainsi que pour les marques de mode. Ils sont, toujours, des symboles de l’élégance, de la simplicité, et en même temps du luxe et de l’italianité.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.