Appel à contribution : « Une fabrique collective du patrimoine littéraire (XIXe-XXIe siècles) »

« Une fabrique collective du patrimoine littéraire (XIXe-XXIe siècles). Les collections de monographies illustrees », numéro spécial de Mémoires du livre. Studies in Book Culture, s. dir. David Martens (KULeuven – MDRN) et Mathilde Labbé (Université Paris Sorbonne), vol. 7, n° 1, automne 2015.

Au cours du XIXe siècle, l’économie du livre, alors en plein essor, a été marquée par l’apparition de séries d’ouvrages consacrés aux écrivains. Qu’il s’agisse de biographies, de recueils de portraits ou encore d’essais critiques, l’iconographie, qui se développe grâce aux nouvelles techniques d’impression, y joue un rôle de plus en plus important. Contribuant à la fabrique d’un patrimoine littéraire fondé sur l’évocation de figures présentées comme admirables et sacralisées, ces collections sont partie intégrante de ce qui est apparu a posteriori comme une vaste politique d’extension du lectorat. Reste que, si elles ont marqué la médiation de la littérature et son histoire, elles constituent une niche encore relativement méconnue du champ éditorial, en dépit de leur impact sur le marché du livre et le rapport à la chose littéraire.

Pour ne prendre que l’exemple de la France, du lancement par Hachette, dans les dernières années du XIXe siècle, de la collection « Les Grands écrivains français » (1887) aux « Albums de la Pléiade », lancés par Gallimard en 1960, en passant par « Poètes d’aujourd’hui » (Seghers, 1944) et « Écrivains de toujours » (Le Seuil, 1951), ces collections se sont multipliées. Au cours du temps, leurs fonctions au sein du domaine de la critique (et de la médiation de la littérature) se sont diversifiées en même temps que leurs formes.

Ces ensembles éditoriaux, qui visent à proposer le portrait d’un écrivain et de son œuvre, combinent souvent des textes relevant de différents genres de discours (biographie, critique, anthologie, entretiens). Ce faisant, ils font intervenir plusieurs auteurs : le biographe, parfois l’auteur présenté (qu’il soit vivant ou non), des témoins de sa vie, des lecteurs de son œuvre, éventuellement les auteurs des images rassemblées et, de manière souvent moins visible, les concepteurs de la collection (éditeur, directeur de collection…), qui ont donné forme à la maquette particulière de ces ouvrages et à leur identité éditoriale. L’hétérogénéité discursive qui caractérise ces volumes se conjugue donc presque systématiquement avec un phénomène de pluri-auctorialité, qui se manifeste tant dans les modes de réalisation de ces volumes que dans le façonnement de leur maquette.

Dès lors que le portrait est un genre mettant en jeu la relation entre le portraituré et le portraitiste, il convient d’envisager la production de ce type d’ouvrages comme le creuset de relations entre plusieurs agents. C’est la nature de ces relations, et leurs différentes modalités, qu’il s’agira d’interroger dans le cadre de ce dossier de Mémoires du livre / Studies in book culture, dans une perspective combinant l’histoire du livre, la sociologie de la littérature et l’analyse du discours.

Parmi les interrogations que soulèvent ces collections, nous souhaiterions en particulier traiter les suivantes :

– Quelles sont les sociabilités particulières qui régissent la réalisation de ces ouvrages ? Quelle est la nature des relations entre les différents intervenants, qu’il s’agisse des auteurs présentés, des critiques ou encore des éditeurs ? Comment leurs interactions se négocient-elles, et comment se traduisent-elles dans les livres (notamment, dans quelle mesure participent-elles de la figuration des réseaux de sociabilité des écrivains portraiturés) ?

– Comment les auteurs de ces ouvrages se positionnent-ils par rapport à l’œuvre et à l’auteur qu’ils ont à présenter ? Quelles sont les modes de mise en œuvre discursive de la « participation » à l’œuvre ou, au contraire, de la prise de distances avec elle ? Quel est le lien entre la position des biographes au sein du champ littéraire – ou du champ critique – et la posture qu’ils adoptent lorsqu’il s’agit de faire le portrait d’un autre ?

– Dans quelle mesure les écrivains, parmi ceux qui se sont vu consacrer des ouvrages de ce type de leur vivant, s’y sont-ils intéressés, voire y ont contribué, de façon directe (en réalisant l’ouvrage ou en en rédigeant une partie) ou indirecte (par des conseils ou suggestions, par exemple) ? Comment un même auteur a-t-il réagi aux différents ouvrages qui lui ont été consacrés ?

– Selon quelles modalités se combinent les différents types de textes (essais critiques, biographie, extraits d’œuvres, entretiens) et d’images (portraits de l’écrivain, de ses proches, de lieux de vie, de manuscrits…), compte tenu, en particulier, de leurs relations diverses à l’œuvre présentée ainsi qu’aux différents intervenants impliqués dans la réalisation de ces volumes ?

Au final, ce dossier se donne pour ambition d’éclairer un pan de l’espace de la critique moderne et de l’histoire du livre sous l’angle des modes de sociabilité littéraires et de leurs mises en œuvre discursives.

Les propositions d’articles en français ou en anglais comprenant un résumé d’environ 250 mots ainsi qu’une courte notice biographique devront parvenir par courriel d’ici le 15 mars 2015 à David Martens (david.martens[at]arts.kuleuven.be) et Mathilde Labbé (mathilde.labbe[at]gmail.com). Après évaluation par le comité de rédaction, une réponse sera donnée fin mars 2015. Les articles dont la proposition aura été acceptée seront à rendre pour le 10 juin 2015. Ils seront alors soumis au comité de lecture, qui rendra un avis. La version définitive devra être envoyée au plus tard le 30 septembre 2015. La publication du dossier est prévue pour l’automne 2015.

Ce numéro de revue s’inscrit dans le cadre du projet de recherche « La Fabrique du patrimoine littéraire », financé par le FWO (Fonds de la recherche scientifique, Flandre – http://www.fwo.be) dans le cadre du Pôle d’attraction interuniversitaire Literature and Media Innovations, (http://lmi.arts.kuleuven.be) subventionné par la Politique scientifique fédérale belge (www.belspo.be). Voir ici


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.