Ce que nous apprennent les registres d’inscription des privilèges de la communauté des imprimeurs et libraires de Paris sur les femmes du livre

Visibilité/invisibilité des femmes dans le marché du livre au xviie siècle : ce que nous apprennent les registres d’inscription des privilèges de la communauté des imprimeurs et libraires de Paris

Edwige KELLER-RAHBÉ, Université Lumière Lyon 2

Lors du colloque « Visibilité, invisibilité des savoirs des femmes », Edwige Keller-Rahbé a présenté un projet en cours sur les rapports entre femmes et librairie, à partir des privilèges de librairie – dont elle reprend la définition de Jean-Dominique Mellot.

Du lendemain de la Fronde, le 8 avril 1653, jusqu’en 1790, l’inscription sur le livre de la communauté des libraires et imprimeurs devient obligatoire et ce, pour contrôler les librairies. Ces registres, de grand format, comprennent la date d’enregistrement, le nom de l’exposant, de l’exposante ou de celui qui présente le privilège ainsi que la formulation du privilège.

Peu de femmes accèdent à ce statut de « privilégiées » en raison d’une part, de leur incapacité juridique et d’autre part, des codes moraux et sociaux qui les incitent à l’autocensure. Cependant, les femmes n’en sont pas exclues : elles y sont en nombre réduit, mais elles existent. Ces femmes sont classées en trois catégories :

  1. exposantes matérielles qui ne sont pas encore traitées ;
  2. exposantes intellectuelles ;
  3. tierces exposantes, classées elles-mêmes en trois sous-catégories : les tierces exposantes ayant-causes (par exemple les héritières), les tierces exposantes collectives (les religieuses) et les tierces exposantes gratifiées (en raison de leur statut éminent).

Au début du projet, en 2010, seules une quinzaine de femmes privilégiées étaient répertoriées ; en 2017, soixante-dix femmes pour 250 ouvrages sont devenues visibles.

Beaucoup de femmes ne semblent pas vouloir s’exposer publiquement : elles n’écrivent pas ou prennent un pseudonyme ou encore restent anonymes. Or les registres étant à usage interne et policiers font état de leur nom de naissance. Ces privilèges donnent donc de précieuses références biographiques qui offrent un point de départ à de futures recherches. Par exemple, Marie Decker ou Dekker issue d’une famille d’imprimeurs de l’Alsace et de Suisse, spécialiste en impression d’almanachs, se tourne vers le marché parisien. Mariée, elle continue son ascension sociale. Sa sœur, Agnès Dekker, poursuit son œuvre : lors d’un enregistrement, elle indique la date de décès de Marie.

Cette source présente néanmoins des limites. D’une part, les publications locales sans privilège n’apparaissent jamais dans ces registres. D’autre part, le parisiano-centrisme pèse sur la représentation car les provinciaux ne se rendent pas tous à Paris pour procéder à l’enregistrement. Enfin, elle ne concerne pas la première moitié du XVIIe siècle.

Le but de ce projet est de rendre visible les femmes au sein de la librairie au XVIIe siècle. Hormis les premiers résultats très positifs, il est à noter de façon plus inattendu l’émergence d’ouvrages perdus. Ces enregistrements montrent en effet des fantômes comme celui de l’autrice Gabrielle Suchon dont un ouvrage cité a disparu. Gageons qu’à la fin du dépouillement des registres et de leur analyse, dans un second temps, ce projet permettra de revoir les listes des publications des femmes qui ne peuvent que s’allonger.

Nicole Dufournaud


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.