Imprimeurs et libraires parisiens sous surveillance (1814-1848), par Marie-Claire Boscq

Marie-Claire Boscq, chercheuse en histoire du livre rattachée au Centre d’Histoire culturelle des sociétés contemporaines et membre du projet DEF19 publie aux éditions Classiques Garnier Imprimeurs et libraires parisiens sous surveillance (1814-1848), ouvrage issu de sa thèse de doctorat préparée sous la direction de Jean-Yves Mollier et soutenue en 2013.

Texte de présentation de l’éditeur

Comment contrôler les publications sans contraindre les auteurs ? Le dispositif napoléonien développé sous les monarchies constitutionnelles imposait aux imprimeurs et aux libraires l’obtention d’un brevet ; la surveillance se poursuivait par l’inspection régulière des ateliers et boutiques. Publier des textes subversifs entraînait des amendes, la prison voire le retrait du brevet, véritable mise-à-mort professionnelle.
Eclairée par un dépouillement minutieux des archives nationales, la présente étude dissèque toutes les dispositions de cette police de la Librairie : enquêtes de moralité, serments de loyauté, rapports des inspecteurs, traque des imprimeries clandestines, sanctions pénales.

Plan de l’ouvrage

Préface de Jean-Yves Mollier
Introduction
Première partie : brevet et professionnels du livre
– Le brevet ou surveillance à l’entrée
– Les professionnels
Deuxième partie : les armes de la surveillance
– La loi, cadre de la surveillance
– La librairie et ses inspecteurs
– La préfecture de Police et ses commissaires
Troisième partie : la surveillance en action
– Tableau d’ensemble du domaine d’intervention
– Surveillance des établissements parisiens
– Surveillance des écrits
– Librairie surveillée, librairie punie
Conclusion
Annexes

Lien éditeur : Classiques Garnier


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.