Le fonds Q10 de la Bibliothèque nationale de France : catalogues de libraires et d’éditeurs

« Je ne sais pas de lecture plus facile, plus attrayante, plus douce que celle d’un catalogue[1]. » [Anatole France, 1881]

« Décidément, j’aime les catalogues, c’est presque aussi beau qu’un indicateur de chemin de fer, on y voyage. On y prend une vue assez juste de l’humanité, de celle qui pense. » [Gaston Gallimard, 1916]

La Bibliothèque nationale de France possède une collection de catalogues de libraires et d’éditeurs, français et étrangers, parmi les plus riches d’Europe. Rares sont en effet les bibliothèques à avoir conservé ces documents, en raison de la fragilité de leur support (impression souvent sur un papier de médiocre qualité) et de leur nature même (documents promotionnels considérés comme éphémères).

catalogue1

Ces catalogues sont cependant des témoins précieux du commerce du livre et de la librairie, et constituent des sources importantes pour la bibliographie, l’histoire du livre et de l’édition ainsi que pour l’histoire littéraire[2] et culturelle.

En effet, à quelles sources se référer lorsque l’on est chercheur et que l’on s’intéresse par exemple à l’histoire de la souscription, aux relations entre universitaires et éditeurs, aux libraires allemands établis à Paris, aux grammaires scolaires ou aux collections littéraires du XIXe siècle ?

Les catalogues de libraires et d’éditeurs, comme leurs proches parents les catalogues de ventes de livres, dont ils peuvent être complémentaires, offrent de larges perspectives d’études économiques, historiques et culturelles. Ils permettent de reconstituer l’assortiment d’une librairie, la production d’une maison d’édition à une époque donnée, témoignent de la vie d’une collection, du matériel typographique en usage, des techniques d’illustration. Ils reflètent les stratégies commerciales des libraires-éditeurs, l’importance du marché du livre et des réseaux de diffusion. Ils donnent enfin des informations uniques sur les profils et les besoins de leurs utilisateurs : libraires, bibliographes, bibliothécaires, érudits, collectionneurs, bibliophiles, ou lecteurs passionnés…

Ces précieux catalogues sont rassemblés à la Bibliothèque nationale de France dans le fonds patrimonial du Q10. Ils répondent exactement à la définition des fonds spécifiques publiée par l’UNESCO : « publications éditées à des fins publicitaires, informatives ou de propagande, distribuées gratuitement, ayant un caractère éphémère ».

La création de la cote Q10 remonte à une décision de Léopold Delisle, administrateur général de la Bibliothèque nationale, qui écrit en 1876 dans un Rapport au ministre de l’Instruction publique que « pour certaines catégories de documents […] il suffira d’en former un groupe et d’assigner un numéro à chaque groupe[3] ». Un groupe rattaché à la lettre Q, correspondant à la section des bibliothecarii dans la nomenclature de Nicolas Clément (fin XVIIe siècle), est alors créé pour les catalogues de libraires et d’éditeurs. A ce groupe est attribué l’indice numérique 10, ce qui donne la cote générique Q10, subdivisée en trois formats : Folio (Fol), Quarto (4°), Octavo (8°).

Le fonds du Q10 a longtemps tardé à être signalé. Il faut attendre 1926 pour que Louis-Eugène Duveau, simple gardien à la Bibliothèque nationale, réalise, sous forme d’un volume unique manuscrit, un recueil intitulé Inventaire sommaire du fonds Q10, catalogues de libraires, arrêté à l’année 1925. Il s’agit cependant d’un inventaire et non d’un catalogue, ce qui fait dire au bibliothécaire Gabriel-Eugène Ledos, que « certains fonds, dont celui des catalogues de libraires, pourraient faire l’objet d’un catalogue d’ouvrages spéciaux, comme cela a été fait, très avantageusement, pour les factums[4] ».

Ce fonds historique, dont les plus anciens catalogues datent du XVIIe siècle, continue de s’accroître quotidiennement grâce au dépôt légal et aux dons que reçoit la Bibliothèque nationale de France. Les documents du Q10 sont répartis en grandes tranches chronologiques allant de A à F, à l’intérieur desquelles les libraires ou éditeurs sont classés par ordre alphabétique. Chaque tranche possède des instruments de recherche qui lui sont propres.

catalogue2

Les divisions chronologiques du Q10

Le Q10 A (des origines à 1810) est la tranche la plus ancienne. Elle figure dans le catalogue général informatisé de la BnF et peut être interrogée par titre sous la forme suivante :

[Catalogue de libraire. Lieu. Nom, Prénom. Date].

Chaque catalogue est décrit en détail.

Cette tranche a été prise en compte dans un catalogue imprimé complet et très détaillé publié en 2006 : Catalogues de libraires, 1473-1810 / inventaire rédigé par Claire Lesage, Ève Netchine et Véronique Sarrazin. [Paris] : Bibliothèque nationale de France, 2006.

Celui-ci signale les catalogues parus jusqu’en 1810 conservés dans l’ensemble des collections de la Bibliothèque nationale de France. Chaque notice de cet instrument de recherche présente l’avantage d’être reliée de façon univoque aux notices d’autorité des libraires, éditeurs, libraires-éditeurs et imprimeurs concernés. Souvent non datés, les catalogues décrits ont néanmoins fait l’objet de datations précises à partir de leurs contenus ou de l’activité et de l’adresse des libraires.

Le Q10 B (1811-1924) a fait l’objet d’un inventaire papier, numérisé dans la bibliothèque numérique BnF Gallica intra-muros ou consultable en salles de lecture : Catalogues de libraires et d’éditeurs, 1811-1924 : inventaire / rédigé par Jean-Philippe Adon, Muriel Soulié, Sarah Tournerie ; sous la direction de Chantal Faure. [Paris] : Bibliothèque nationale de France, 2003.

Cet inventaire recense plus de 6 000 libraires et/ou éditeurs, en France ou dans le monde, pour la période 1811-1924. Pour chacun d’entre eux, il indique les différentes séries de catalogues conservées dans les collections patrimoniales de la Bibliothèque nationale de France. Le lecteur qui en feuillette les pages remarque que les informations sont réparties sur quatre colonnes : la première colonne mentionne le nom du libraire et/ou de l’éditeur, la seconde fait apparaître le lieu d’exercice, la troisième précise le format des documents inventoriés, enfin, la quatrième indique les années pour lesquelles la Bibliothèque nationale de France conserve les catalogues, en faisant apparaître, pour les éditeurs ayant eu une production abondante et diversifiée, les titres des séries (« Catalogue général », « Livres de fonds », « Livres d’étrennes », « Divers », par exemple).

Les tranches Q10 C (1925-1959), Q10 D (1960-1979) et Q10 E (1980-1999) sont inventoriées dans des tableaux excel communicables sur demande en banque de salle T de la Bibliothèque de recherche (niveau Rez-de-Jardin). La publication des inventaires C et D sous forme papier aux éditions BnF est prévue pour 2015.

Le Q10 F (depuis 2000) est en cours de constitution. Comme le Q10 A, cette tranche est repérable dans le catalogue général informatisé de la BnF. La recherche par titre est possible sous la forme suivante (qui tient compte du fait que les catalogues ont été rassemblés en recueils en fonction du nom de l’éditeur ou du libraire) :

« [Recueil. Catalogues d’éditeur] / Nom, Prénom ou raison sociale »

« [Recueil. Catalogues de libraire] / Nom, Prénom ou raison sociale ».

Modalités de communication

Les catalogues du Q10 sont communicables en salle T de la Bibliothèque de recherche (niveau Rez-de-Jardin) de la Bibliothèque nationale de France. Pour tous les documents (y compris ceux figurant dans le catalogue général), le lecteur est invité à remplir un bulletin de communication manuelle qui est traité dans un délai maximal de 48 heures.

Pour davantage d’informations sur le fonds du Q10, on consultera :

 Marie Galvez (département Littérature et Art de la BnF), mars 2015.

[1] Cf. Anatole France, Le Crime de Sylvestre Bonnard, Paris : Calmann-Lévy, 1925, t. 2, p. 269.

[2] Le livre entre le commerce et l’histoire des idées : les catalogues de libraires, XVe-XIXe siècle : [actes de la Journée d’étude organisée à l’École des chartes, Paris, le 27 mars 2008] / [organisée en collaboration avec la Bibliothèque nationale de France] études réunies par Annie Charon, Claire Lesage et Ève Netchine. Paris : École des Chartes, 2011.

[3] Cf. Léopold Delisle, Rapport au ministre de l’Instruction publique et des beaux-arts sur les travaux d’inventaire et de catalogue de la Bibliothèque nationale, Paris : P. Dupont, 1876.

[4] Cf. Eugène Ledos, Histoire des catalogues des livres imprimés de la Bibliothèque nationale, Paris : Editions des Bibliothèques nationales, 1936.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.