PéLiAS 4/4 : Périodique et vulgarisation, 15 nov. 2019, ENS Ulm

Le dernier séminaire PéLiAS (en collaboration avec le séminaire TIGRE) nous permettra d’explorer plus avant les échanges, transferts et circulations et les liens entre les revues littéraires et artistiques d’un côté et les revues scientifiques de l’autre.

La séance du vendredi 15 novembre 2019 est placée sous le signe de Périodique et vulgarisation et se déroulera de 16h à 19h, 29 rue d’Ulm, 75005, salle U 205.

Jonathan TOPHAM, Senior Lecturer in History of Science and Director of Centre for HPS, Leeds University. Researching the Cultural History of Science in Late Georgian Britain

Périodiques, science populaire et construction de communautés scientifiques au début du XIXe siècle en Grande-Bretagne

Du moment où les premiers périodiques scientifiques commerciaux britanniques ont commencé à paraître dans les années 1790, la question de la construction d’un lectorat durable fut au centre des préoccupations. Ces questions croisaient de manière critique celles de la politique de la connaissance. Qui, dans une société en voie d’industrialisation, devrait avoir accès à, ou être à même de contribuer au développement des sciences? Cette communication explore la manière dont la notion émergente de populaire a été déployée au cours des cinquante premières années des périodiques scientifiques britanniques, à la fois pour créer un marché et pour développer et maintenir des communautés de pratiques scientifiques, montrant qu’éditeurs, éditeurs scientifiques et lecteurs offraient un éventail de perspectives sur la manière dont les périodiques pourraient être employés pour gérer l’implication de divers participants dans les sciences.

 

Mark MORRISSON, Professor and Head of English, Penn State University

Périodiques, vulgarisation scientifique et effets dominants en physique nucléaire anglophone, 1900-1945

Les premières décennies de recherche sur la radioactivité et la physique nucléaire ont été riches en métaphores et analogies qui ont largement circulé dans plusieurs secteurs de la culture et des connaissances, souvent à travers plusieurs genres de périodiques. En mobilisant la notion de domination selon l’anthropologue Marilyn Strathern et la spécialiste de la littérature et des sciences Susan Merrill Squier, cette présentation explorera les tropes alchimiques des débuts de la chimie et de la physique de la radioactivité et les tropes militaristes souvent employés dans les discussions sur les accélérateurs de particules et autres tentatives de division des noyaux d’atomes (des deux côtés de l’Atlantique) comme exemples de la circulation générative de concepts scientifiques à travers différents genres périodiques et d’autres publications. La communication suggérera également des emplois possibles pour la modélisation de sujets et d’autres formes d’analyse quantitative de revues scientifiques et de périodiques de vulgarisation.

 

Comité scientifique :

Evanghelia Stead (UVSQ, CHCSC & IUF)

Hélène Gispert (Paris-Sudy, EST-GHDSO)

Viera Rebolledo-Dhuin (UVSQ, CHCSC)

Hélène Védrine (Paris-Sorbonne, CELLF 19-21)

Norbert Verdier (Paris-Sud, EST-GHDSO)

Alexia Kalantzis (UVSQ, CHCSC)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.