Appel à communications : IMEC, 27-29 mai 2021

Colloque Les maisons d’édition francophones au prisme de leurs archives

IMEC, 27-29 mai 2021

Ce colloque est consacré au fonctionnement des maisons d’édition francophones ainsi qu’aux relations entre les maisons d’édition, telles que les archives éditoriales les éclairent. On comprendra ici par « archives éditoriales » les objets et les discours (écrits, iconiques, audio-visuels, etc.) produits par des maisons d’édition et conservés par des institutions dédiées tels des bibliothèques, des centres d’archives et des instituts. Ne sont pas concernés par ce colloque (pour faire pendant au dossier Les discours de l’éditeur / The Publisher’s Discourse de la revue Mémoires du livre / Studies in Book Culture) les discours tenus par l’éditeur ou l’éditrice et diffusés sur la place publique (prises de position, interviews d’éditeurs, mémoires, etc.) Il s’agira de porter la focale sur les discours, quel qu’en soit le support, tenus à l’intérieur des maisons d’édition ou entre elles. Historiens, littéraires, sociologues, spécialistes d’information et de communication sont invités à se pencher spécifiquement sur ce corpus dans le monde francophone, du XIXe siècle à nos jours.

Les communications se situeront dans l’un des trois axes de recherche suivants :

 1) La vie de la maison d’édition (responsables : Marie-Pier Luneau et François Vallotton) Les moindres décisions prises au quotidien au sein d’une maison d’édition peuvent avoir un impact sur l’image de celle-ci. On s’intéressera ici à la vie interne de la maison d’édition et aux processus de légitimation qu’elle engage. Au niveau des pratiques, la vie de la maison d’édition est ponctuée par un certain nombre d’activités régulières (rencontres avec le personnel, réunions de comités, planification budgétaire), combinées à des manifestations plus ou moins rituelles (lancements, conférences de presse, salons, anniversaires et jubilés), imposant des rythmes différents. Or, les archives éditoriales regorgent d’agendas, de notes éparses, de feuilles de calculs, de plans, bref, de « curiosités » traditionnellement laissées dans l’ombre, mais susceptibles de renouveler notre compréhension des fonctions de l’éditeur. Au niveau des sociabilités, l’éditeur est le point nodal d’un faisceau de relations qui impliquent les auteurs, mais aussi les différents employés de la maison (directeurs et directrices de collection, comités de lectures, réviseurs, secrétaires, relationnistes, stagiaires, etc.), en plus des contacts extra-muros (avec les pouvoirs publics, la presse, les sous-contractants externes…). Comment les mémos, les bulletins de communication et les correspondances internes peuvent-ils éclairer autrement l’histoire de l’édition ? La métaphore de la « famille », souvent utilisée pour désigner les employés de ce qui est par ailleurs une « maison », est-elle confirmée ou informée par les archives ?  2) Les politiques éditoriales et commerciales (responsables : Pascal Durand et Anthony Glinoer) 

Dans un marché où il faut peu de ressources de départ pour entrer en activité, le plus difficile, pour une entreprise éditoriale, est de s’établir dans la durée. En ce sens, les maisons d’édition développent des stratégies sur le moyen comme sur le long terme et, dans certains cas, elles les consignent par écrit. Si toute stratégie est par définition pari sur le futur, tentative plus ou moins pensée et orchestrée de maîtriser le temps, de prévenir les surprises, les revers ou les opportunités que celui-ci réserve, il en va plus encore des stratégies ayant pour objectif d’anticiper sur le devenir éditorial et commercial d’une maison, telles qu’elles peuvent s’écrire a priori mais aussi se lire a posteriori dans la programmation des collections, le développement des catalogues, les correspondances et contrats avec des auteurs, les bilans et rapports divers, les mémos internes, etc. Les archives sont ainsi une grande source de renseignements sur la temporalité propre d’une maison et son positionnement au sein du champ éditorial de son temps, que ce champ soit régional, linguistique, national, voire mondial. L’examen des documents internes archivés par les maisons ouvre par là un champ d’exploration et de problématisation touchant aux orientations d’une maison, à ses ajustements, aux changements de cap ou au contraire à la confirmation des bons choix. Ces documents divers peuvent témoigner non seulement de ce qui a été, mais aussi de ce qui allait être ou de ce qui aurait pu être. Correspondances, procès-verbaux de réunions, notes prises par les employés ou adressées à ceux-ci gardent trace de ces moments de redéfinition. Cet axe de recherche porte donc à s’intéresser, en les reliant à la politique et à l’économie générales de telle(s) maison(s), aux projets venus à accomplissement et à succès autant qu’aux projets avortés, aux prévisions tenues en échec, aux fausses pistes, aux anticipations contre-productives, aux enjeux de développement hautement improbables, voire saugrenus. Ce sera aussi l’occasion d’étudier en parallèle, sous un rapport de prévisibilité éditoriale, documents internes et documents externes, projets et mises en œuvre de ces projets, politique de développement du catalogue et développement effectif de ce même catalogue.

 3) Contacts, échanges, compétitions (responsables : Lucie Hotte et Josée Vincent) Les maisons d’édition ne fonctionnent pas en vase clos. Elles entretiennent, au contraire, maints contacts avec des intervenants différents. En amont de la publication, l’éditeur développe une relation avec les auteurs qui lui soumettent des manuscrits. Des traces de ces échanges se trouvent dans les fonds d’archives des éditeurs, mais aussi dans ceux des auteurs qui conservent les lettres, les manuscrits annotés, mais aussi d’autres correspondances, journaux ou carnets dans lesquels ils commentent les liens qu’ils entretiennent avec leur éditeur et leur maison d’édition. Toujours avant la publication, les échanges sont nombreux avec les autres professionnels du livre : imprimeurs, graphistes, agents de presse. En aval de la publication, le travail entourant le service de presse, la quête de recensions et la vente de l’ouvrage, incluant la publicité qu’on en fait, sont d’autres opérations dont l’interrogation permet de mieux cerner le rôle de l’éditeur au-delà de la production matérielle du livre. Enfin, toute maison d’édition entretient des contacts avec les autres éditeurs. Parfois, les maisons s’allient et forment des regroupements ou des associations ; à d’autres moments, elles entrent en compétition, cherchant à vendre leurs livres à des lecteurs sollicités par des publications nombreuses et diversifiées. La diversité de ces relations sera ici à l’étude.

Le colloque se tiendra du 27 au 29 mai 2021. Les propositions de communication sont à envoyer avant le 31 mars 2020 à Anthony Glinoer (anthony.glinoer@usherbrooke.ca). Le format des communications sera de 25 minutes de présentation, suivies de 15 minutes de discussion.

Une publication est envisagée (en coédition possible avec l’IMEC)

Comité scientifique :
André Derval
Pascal Durand
Lucie Hotte
Marie-Pier Luneau
François Vallotton
Josée Vincent


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.