Alphonse Lemerre (1838-1912), “l’éditeur des poètes”

Il y a 108 ans, le 15 octobre 1912, s’éteignait Alphonse Lemerre. Retour sur le parcours de cette figure majeure de l’édition littéraire du XIXe et du début du XXe siècle, avec Eddy Noblet, doctorant au Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines

Portrait d’Alphonse Lemerre par l’atelier Nadar, v. 1875-1895. Photogr. pos. sur papier albuminé d’après nég. sur verre, 14,5×10,5 cm (c) BnF-Gallica. Un portrait au fusain de l’éditeur par Léon-Augustin Lhermitte (1844-1925) est visible sur le site artnet.com

 « Alphonse Lemerre, l’éditeur des poètes, est mort hier, âgé de soixante-quatorze ans. C’était une figure parisienne très connue, célèbre même, et dont le souvenir est lié à l’histoire de la poésie française. »[2] La rubrique nécrologique publiée dans Le Figaro à la mort d’Alphonse Lemerre le 15 octobre 1912, semblable à celle de L’Aurore[3], a figé l’image de l’éditeur pour la postérité. Le propos est élogieux, l’hommage attendu mais discret, la lumière étant projetée sur les poètes parnassiens et sur le soin qu’il apportait à la composition des livres. Les grands noms sont cités – Leconte de Lisle et José Maria de Heredia, Anatole France et Paul Bourget – dans un catalogue fourni[4]. La maison d’édition reste dans la famille, Désiré Lemerre (1865-1928) succédant à son père[5]. Pour conclure, allusion est faite aux dignités : il fut maire de Ville-d’Avray et officier de la Légion d’Honneur. Ces informations sont incontournables ; elles nous invitent à chercher plus loin.

De la ferme à la boutique

Né à Canisy, dans le département de la Manche, le 9 avril 1838, Alphonse est le huitième enfant de Charles Lemerre et de Modeste Gosset[6], cultivateurs. Après l’école primaire, Alphonse est placé comme commis chez un notaire à Saint-Lô[7]. Vers 1855[8], il quitte la Normandie pour Paris où il travaille chez Pierre-Paul Percepied, un libraire proposant depuis 1841[9] un « assortiment de livres de piété, littérature, sciences et arts »[10] dans une boutique sise au 47, passage Choiseul, dans le 2e arrondissement. En 1862, Percepied cède, par transfert de brevet professionnel, le fonds de son commerce à Lemerre[11]. Le nouveau propriétaire prête « serment d’obéissance à la Constitution et de fidélité à l’Empereur » conformément au décret du 5 février 1810 réglementant les métiers de l’imprimerie et de la librairie. Les « quelques économies », auxquelles l’enquête du ministère de l’Intérieur fait référence, sont celles de son épouse, Antoinette Faynot (1837-1894), une modiste ayant sa boutique dans le passage Choiseul[12].

La marque Lemerre

Les livres du fonds Percepied sont des classiques : poètes de la Pléiade ou du Grand Siècle, orateurs chrétiens, philosophes des Lumières, écrivains romantiques. Lemerre ne rompt pas avec le catalogue de son prédécesseur ; il le développe en créant sa marque, et cette identité visuelle devient sa carte de visite, visible dans les livres qu’il publie et dans les catalogues de vente jusque dans la pierre comme à l’entrée de l’hôtel particulier qu’il fera construire. Ainsi, il crée un emblème – « L’homme à la bêche » – en s’inspirant de celui de Joannes (ou Ian) Maire (15??-1657)[13], dont il reprend la devise « Fac et Spera ».

L’homme à la bêche des éditions J. Maire :

L’homme à la bêche des éditions A. Lemerre[14] :

Aussitôt à son compte, Lemerre réédite les œuvres de la Pléiade avec glossaire, appareil critique et notices biographiques, qu’il fait imprimer « en caractères anciens », avec fleurons et culs-de-lampe gravés sur papier de Hollande, papier de Chine et papier vélin. Les livres de la maison sont de plus en plus soignés, tout comme les catalogues, et le format se réduit au fur et à mesure.

L’influence des Parnassiens

L’inspiration de la Renaissance, l’élégance formelle et le goût pour le « Beau » s’accordent bien avec l’idéal esthétique d’un groupe de jeunes poètes se réfugiant par dédain de la société dans l’art pour l’art, selon le principe défendu par Théophile Gautier, et optant pour une écriture exigeante et dépassionnée comme la pratique Leconte de Lisle faisant figure de maître. Ils se retrouvent dans l’entresol de la librairie du passage Choiseul, un espace « très bas où l’on montait par un escalier, qui tourne »[15], tous les jours selon Catulle Mendès, au moins à leurs débuts, qui étaient aussi ceux de Lemerre. Des échanges entre ces auteurs acceptant de payer les frais de publication naît le Parnasse contemporain[16], des poèmes diffusés en séries puis publiés en trois volumes en 1866, 1871 et 1876. Lemerre bénéficie de cette effervescence collective : il étoffe son catalogue en publiant également les recueils individuels de cette « écurie » d’auteurs comprenant Leconte de Lisle, Théodore de Banville, François Coppée, Léon Dierx, Paul Verlaine. Aussi règne-t-il pour un temps sur la poésie contemporaine, un genre peu rémunérateur délaissé par la concurrence. Lemerre et les Parnassiens sont indissociables sur le papier imprimé, mais, entre l’éditeur et les artistes, chacun est dans son rôle et les retours sur investissement profitent à l’entrepreneur. Le dernier recueil publié du Parnasse contemporain en est la démonstration, alors que s’octroyant plus de liberté vis-à-vis d’une poignée de poètes rétifs à plaire au plus grand nombre, le libraire privilégie le coup commercial à l’idéal littéraire.

Chez Alphonse Lemerre à Ville-d’Avray : gravure à partir du tableau de Paul Chabas (salon de 1895). éd. C. N. Greig et Cie, impr. Draeger & Lesieur, Paris. 1895 (c) Wikimedia Commons

 Succès éditorial et dignités

Lemerre élargit le cercle des auteurs, publiant toujours plus de contemporains, dont parmi ceux gagnés à la postérité : Barbey d’Aurevilly et Alphonse Daudet. Homme « d’instinct », une qualité dans l’édition qu’Émile Zola lui concèdera en 1896[17] dans un portrait pourtant à charge, il flaire les tendances, ose l’avant-garde et prend le risque de l’originalité, sans négliger les classiques pour la vente.

Lemerre, que le succès rend fréquentable, devient un notable. Républicain, proche de Gambetta (1838-1882), qu’il côtoie, il entre au conseil municipal de Ville-d’Avray avant d’en être le maire de 1881 à 1892 puis de 1899 à 1911. Il y reçoit des personnalités en vue – hommes politiques et artistes. En 1902, lors de sa nomination au grade d’officier de la Légion d’honneur, dont la croix est remise par le ministre du Commerce, Alexandre Millerand (1859-1943), il donne un banquet[18]. Nombre d’auteurs qu’il publie sont présents. Si des Parnassiens manquent à l’appel, des notables et des publicistes qu’il fréquente entre Paris et la Normandie lui rendent hommage.

Droit d’auteur et propriété intellectuelle

L’ascension de Lemerre n’est certes pas une exception : ses débuts dans la profession coïncident avec « l’apogée »[19] d’une activité dynamisée par les innovations techniques, « l’industrialisation de la fabrication » provoquant une baisse des coûts, et par un lectorat plus nombreux à mesure que la scolarisation progresse. Après 1870, le dynamisme de la profession s’explique aussi par « la fin du régime du brevet qui encadrait les professions du livre depuis 1810 et en limitait l’expansion en raison du contrôle policier que l’État exerçait sur ce secteur »[20].

Par ailleurs, la fortune de Lemerre se fait sans considération du droit d’auteur. Dans « l’antique querelle » portant sur la propriété intellectuelle, Zola le juge avec une sévérité[21] qu’un procès perdu par l’éditeur contre Paul Bourget renforce. Il le montre pareil à un professionnel du passé rétribuant les écrivains par la seule promesse de la notoriété. Lemerre gère les affaires de façon patriarcale, préférant la familiarité aux relations contractuelles. Il se plaint de son sort, il sait aussi flatter. Il ne paie pas ou si mal que Leconte de Lisle en personne, lui qui a participé au succès de la maison d’édition, se plaint : « Lemerre m’a exploité de toute façon, voilà la pure vérité. Il a abusé de mon ignorance absolue des affaires »[22], d’autant que l’enrichissement de l’éditeur s’affiche.

Un engouement pour la pierre

Lemerre investit une fortune considérable dans l’immobilier. Parmi les nombreuses acquisitions, il achète en 1875 la maison de Camille Corot (1796-1875) à Ville-d’Avray et, vers 1880, il se fait construire un hôtel particulier au 10, rue Chardin dans le 16e arrondissement de Paris[23]. C’est en Normandie, sur les terres de son enfance que la démarche prend une tournure plus ostentatoire : il achète le château de Dangy ; à Gorges, il restaure une gentilhommière du XVIe siècle « dans le goût de cette époque »[24] ; de même au Mesnil-Angot, avec le manoir de Daye.

Le Mesnil-Angot : Plan de Restauration du Manoir de Daye[25].

L’étalage le plus significatif de la richesse a lieu à Montmirel, là où se trouvait la ferme parentale, près de Canisy : il y acquiert les maisons limitrophes, « jusqu’à 15 maisons sur 19 »[26], où il fait bâtir un château.

Eddy Noblet (eddynoblet@gmail.com)
Voir sa page sur le site du CHCSC


[1] « Un souvenir sur Alphonse Lemerre », Journal de la Manche, 4 janvier 1919 : « Trapu, massif, carré, les jambes courtes et solides, la poitrine vaste, avec des épaules et des bras de pugiliste, le chef solidement implanté, la face large dans un encadrement de barbe blonde, la bouche épaisse, le rire spirituel, des yeux gris, au regard perspicace et doux, un masque suggérant l’image à la fois sculpturale et paysanne d’un proconsul romain et d’un toucheur de bœufs, tel de 1865 à 1910, apparut Alphonse Lemerre, dans sa librairie du passage Choiseul. »

[2] Louis Chevreuse, « Alphonse Lemerre », Le Figaro, 16 octobre 1912.

[3] « Nécrologie », L’Aurore, 16 octobre 1912.

[4] Plus de deux mille quatre cents titres publiés pour l’année 1900, l’inventaire des collections ayant été effectué par l’auteur du billet.

[5] La maison d’édition restera dans la famille Lemerre jusqu’à sa dissolution en 1965, cf. Michel Legris, « La librairie Lemerre disparaît », Le Monde, 8 février 1965.

[6] Archives départementales de la Manche (AD), Registre d’état-civil, Canisy, 1833-1842, E19.

[7] Théophile Louis Frédéric Caillemer (1800-1859) était l’unique notaire à Saint-Lô entre 1827 et 1859. Société d’archéologie et d’histoire de la Manche, Publications multigraphiées, fascicule 63, Mélanges, treizième série, 1984, 122 p.

[8] Les sources sont contradictoires à ce sujet : 1860 étant une autre date retenue pour l’arrivée de Lemerre à Paris. Or, la note en date des 3 et 5 mars 1862 rédigée par le 2e bureau du cabinet du Préfet de police de Paris précise que Lemerre est « commis de librairie depuis 7 ans ». Archives nationales (AN) Pierrefite, série F-18, dossier 1792. En outre, le journal La Pomme, n° 230, novembre 1912, note que Lemerre est monté à Paris « à peine adolescent ».

[9] AN Pierrefite, série F-18, dossier 1792.

[10] Bibliothèque nationale de France, Catalogue des livres qui se trouvent chez Percepied, libraire, 1841, Fonds Q10 B.

[11] Certificat de cession de Percepied et demande de transfert de son brevet à Lemerre adressée le 27 janvier 1862 au ministère de l’Intérieur et « Rapport de la direction de l’Imprimerie et de la Librairie du ministère de l’Intérieur » autorisant l’obtention du brevet à Lemerre le 18 mars 1862, AN Pierrefite, série F-18, dossier 1792.

[12] « Un souvenir sur Alphonse Lemerre », Journal de la Manche, 4 janvier 1919, p. 2 : « Souventes fois, les chiffons vinrent en aide à la littérature ; jusqu’au dernier sou, les tiroirs de la modiste se vidèrent dans la main de l’imprimeur ou du marchand de papier ».

[13] Éditeur à Leyde ayant publié l’édition de 1637 du Discours de la Méthode de Descartes. Illustration Gallica.

[14] Photographie personnelle de l’illustration en page de titre de J. Barbey d’Aurevilly, L’ensorcelée, Paris, Lemerre, 1873.

[15] Catulle Mendès, La Légende du Parnasse contemporain, Bruxelles, A. Brancart, 1884, 303 p.

[16] Yann Mortelette, Histoire du Parnasse, Fayard, Paris, 2005, 570 p.

[17] Émile Zola, « Auteurs et éditeurs », in « Le Figaro », 13 juin 1896.

[18] Banquet offert à M. Alphonse Lemerre, à l’occasion de sa promotion au grade d’officier dans l’ordre de la Légion d’honneur, le 24 janvier 1902, Paris, Lemerre, 1902.

[19] Roger Chartier et Henri-Jean Martin (dir.), op. cit., p. 10.

[20] Jean-Yves Mollier, Éditer au XIXe siècle, « Revue d’histoire littéraire de la France », PUF, 2007/4, vol. 107, p. 787.

[21] Émile Zola, « Auteurs et éditeurs », in « Le Figaro », 13 juin 1896.

[22] Yann Mortellette, op. cit., p. 338.  

[23] PLU de la Ville de Paris : « Protections patrimoniales du 16e arrondissement ».

[24] Le Bouais-Jan. Revue normande illustrée, t. 3, 23 novembre 1899, p. 351.

[25] Archives départementales, 1 Fi 5/1130 « Estampes de grand format. Collection communale > Mesnil-Angot (Le) > Plan de restauration du Manoir de Daye. Monsieur A. Lemerre propriétaire ; [Coupes et élévations] ».

[26] F. Le Rachinel, Mémoire et présence, Canisy, notre canton, 1994.


2 réflexions sur « Alphonse Lemerre (1838-1912), “l’éditeur des poètes” »

  1. Bonjour Jean-Charles, permettez-moi de vous adresser mes félicitations pour de bel article, documenté et agréable à lire, que j’ai lu avec intérêt et précieusement archivé. Je suis en quête de renseignements précis, dans le cadre d’une recherche que j’effectue sur le poète parnassien (mais pas que…) Sully Prudhomme (1839-1907) qui fut l’un des grands noms de l’époque (Prix Nobel de Littérature en 1901) et dont six recueils de poésies furent édités chez Alphonse Lemerre. Son fils Désiré (1865-1928) fut l’un des quatre exécuteurs testamentaires de Sully Prudhomme, et à ce titre, il m’intéresse. Pensez-vous que suite à la liquidation de la maison Lemerre (1965, selon votre article) des archives d’édition aient été conservées, et soient aujourd’hui consultables quelque part ? J’enquête en particulier sur un point très précis (et presque infinitésimal, mais le chercheur que vous êtes comprendra aisément cela, je pense) qui concerne la jeune femme qui composa un drame historique en 5 actes et en vers, publié chez Lemerre le 26 Avril 1909, et intitulé “Mérovée” ; il s’agit de Blanche SCHNITZLER (née en 1877, elle avait alors 32 ans). J’aimerais (dans l’idéal) retrouver trace des pourparlers qui amenèrent à la publication de son ouvrage. Blanche ayant été la secrétaire de Sully Prudhomme, elle connaissait forcément le fils de son principal éditeur, mais il a peut-être été conservé quelque part un contrat d’édition qui donnerait des détails sur l’adresse de la jeune femme, le prix qui lui fut payé pour cette œuvre, etc. Voilà ce qui m’amène à vous. Si vous pensez pouvoir m’aider, je vous en serai bien sûr reconnaissant. Bien cordialement à vous, Thierry CHEVRIER (60153 / Rethondes)

    • Bonsoir,
      Le plus simple est sûrement de contacter l’auteur du billet (je ne me suis chargé que de la mise en ligne), spécialiste de Lemerre, qui pourra bien mieux que moi vous renseigner sur toutes ces questions et vous dire quelles archives pourraient être disponibles. Voici son adresse : eddynoblet@gmail.com. J’espère qu’il pourra vous aider !
      Bien cordialement,
      JCG.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.