REPORT***Séminaire PéLiAS 2022-2023, séance 3/4 : vendredi 24 mars 2023***

*****En soutien au mouvement social et politique actuel, la séance du séminaire est reportée à une date ultérieure*****

La 3e séance du séminaire PéLiAS de l’année 2022-2023 aura lieu le vendredi 24 mars 2023 de 16h à 19h à la Maison de la recherche – Sorbonne Université, 28 rue Serpente, salle 408; il sera également accessible en ligne.

Cette séance s’articule autour des reuves photographiques et des revues d’architecture.

Nous aurons le plaisir d’accueillir :

Nathalie Simmonnot  sur « Les revues muséales : un objet de recherche polymorphe »

et Paul Edwards sur les « Revues photographiques et sociétés photographiques autour de 1900 : la photolittérature, le spectacle et la socialisation »

Vendredi 24 mars 2023, Maison de la recherche – Sorbonne Université, 28 rue Serpente, salle 408, 16h-19h

Nathalie Simonnot (chercheur du ministère de la Culture, directrice du laboratoire de recherche de l’École nationale supérieure d’architecture de Versailles) : « Les revues muséales : un objet de recherche polymorphe »

Les revues muséales forment un domaine de recherche encore lacunaire dû à leur typologie hybride, à la confluence entre revue d’art, revue de technique et revue d’actualité professionnelle. Destinées aux conservateurs des musées, elles rendent compte de l’état des collections, des acquisitions et des aménagements réalisés. À vocation à la fois théorique, pratique et didactique, elles sont un support majeur pour assurer la diffusion de l’actualité muséale. Cette conférence sera centrée sur les revues muséales françaises au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, au moment où les contenus et les formats de ces revues ont évolué pour accompagner le renouveau des musées pendant la Reconstruction. En expérimentant plusieurs formules éditoriales dans un laps de temps parfois très court, ces revues sont passées pour certaines d’un simple bulletin de quelques pages à de véritables revues professionnelles. Cette étude permet de contribuer à une histoire des acteurs, des réseaux professionnels, des expériences muséographiques et de leurs modes de diffusion dans la presse spécialisée. En fournissant quantité d’images d’intérieurs aujourd’hui disparus, ces revues retracent une certaine idée du musée et de ses missions. Petits et grands musées s’y côtoient, quel que soit leur statut, dans un élan général faisant des innombrables contributions des conservateurs qui y publient – plusieurs centaines d’articles et de documents graphiques – un corpus hors du commun pour comprendre l’esprit d’une époque.

Paul Edwards (Université Paris Cité, LARCA) : « Revues photographiques et sociétés photographiques autour de 1900 : la photolittérature, le spectacle et la socialisation »

This paper explains how French photoliterature could appear in the 1890s not only as a crafted, bibliophilic object involving multiple participants but also as an activity of cultural distinction within the socialising practices of provincial photographic societies, in close relation to the ritual of lantern-slide story-telling, at a time immediately preceding the birth of cinema (1895) when there was already an interest in the narrative power of serial photography and what might be called the “kinetic” effect of juxtaposed images on the page. This paper also shows how literary illustrations could double as architectural views that provided documentary evidence of a cultural heritage that was perceived as fragile and in need of preservation, since the members of photo clubs were leisured amateurs who participated actively in different cultural and patrimonial associations. Drawing on local photography club journals, national photography magazines, and recently discovered correspondence, this paper aims to show how photoliterature was collectively produced within a context of bourgeois sociability in a quest for cultural distinction and social recognition at a time when photography was popularly associated with commerce, industry and science, not with fine art and culture; it will show how it forms a continuum with photo-club activities, and that the historical interest of these productions today lies not only in their witty reinterpretations of popular literature, but in what they reveal about photography’s social function.

La séance sera accessible également en ligne. Les demandes d’inscription pour la séance en ligne sont à adresser à norbert.verdier@u-psud.fr et alexiakalantzis@gmail.com.

Organisateurs : Hélène Védrine (Sorbonne Université, CELLF 19-21); Norbert Verdier (Paris-Saclay, EST-GHDSO) ; Alexia Kalantzis (UVSQ, CHCSC)

Comité scientifique : Evanghelia Stead (UVSQ, CHCSC & IUF) ; Hélène Gispert (Paris-Saclay, EST-GHDSO) ; Viera Rebolledo Dhuin (UPEC, CRHEC) ; Hélène Védrine (Sorbonne Université, CELLF 19-21) ; Norbert Verdier (Paris-Saclay, EST-GHDSO) ; Alexia Kalantzis (UVSQ, CHCSC)

Contacts : alexiakalantzis@gmail.com; norbert.verdier@universite-paris-saclay.fr

Label MSH Paris-Saclay & CELLF 19-21


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Viera Rebolledo-Dhuin (17 mars 2023). REPORT***Séminaire PéLiAS 2022-2023, séance 3/4 : vendredi 24 mars 2023***. DEF19. Consulté le 23 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/nhnl


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.