Séminaire PéLiAS – saison 2024 3/4 – mercredi 22 mai 2024, 16h-19h

Séminaire PéLiAS (périodiques littérature, arts, sciences)

Les périodiques comme médiateurs culturels

Periodicals as cultural mediators

Mercredi 22 mai, Bibliothèque Jacques Seebacher, Université Paris Cité, Campus des Grands Moulins, 5 rue Thomas Mann, 75013 Paris, bâtiment A, 2e étage, 16h-19h, Séance sur “Les revues d’art”.

Nous avons le plaisir d’accueillir :

  • Eleni Stavroulaki (Princeton University, Department of Art and Archaeology), « La Pensée moderne de la Préhistoire. Le cas des Cahiers d’Art (1926-1969) »
  • Jean-Michel Galland (docteur en histoire, École des Chartes) : « Le ‘retour à l’antique’ en France pendant l’entre-deux-guerres au travers des revues d’art et des livres

Eleni Stavroulaki (Princeton University, Department of Art and Archaeology), « La Pensée moderne de la Préhistoire. Le cas des Cahiers d’Art (1926-1969) »

Entre 1926 et 1969, Cahiers d’art, la revue et la maison d’édition de Christian Zervos, s’identifie à la défense des courants post-cubistes et à une promotion – au moins dans l’entre-deux-guerres – de l’esthétique rationaliste du purisme et du fonctionnalisme. À côté de ces aspects, Cahiers d’art manifeste une ouverture pour la Préhistoire et les arts extra-occidentaux. C’est ainsi que de récentes recherches ont envisagé la revue, donnant plus de consistance au poids anticlassique de celle-ci. Dans cette intervention je vise à relativiser cette approche longtemps privilégiée, montrant que le récit de Zervos sur les arts pré- et protohistoriques ne s’établit pas sur l’idée d’une rupture évolutive avec l’Antiquité classique, mais au contraire sur celle de temporalités continuistes. Bref, je vais montrer que Zervos a comblé – à la fois sur le plan archéologique et visuel – l’écart entre la préhistoire, la Grèce classique et la production moderne.

The promotion of post-Cubist artists and the rationalist aesthetics of Purism and Functionalism were the main focuses of Christian Zervos’ art magazine and publishing house Cahiers d’art (1926-1969). However, in addition to these aspects, Cahiers d’art also showed a multi-cultural openness covering both non-European cultures and the pre- and protohistoric arts of the Mediterranean. In this context, recent scholarly work often highlighted the journal’s anticlassical stance. In this presentation, I will attempt to relativize this approach, by showing that Zervos’ account of pre- and proto-historic art was not founded on the notion of an evolutionary split and on a univocal anti-classical stance, but rather on the continuity between the classical and deep past. In this way, I will make the case that Zervos bridged – both archaeologically and visually – the gap between prehistory, classical Greece, and modern production.

Jean-Michel Galland (docteur en histoire, École des Chartes) : « Le ‘retour à l’antique’ en France pendant l’entre-deux-guerres au travers des revues d’art et des livres

Il est généralement question, en littérature ou en art, d’un « retour à l’antique » pendant l’entre-deux-guerres, et d’un « retour à l’antique » appréhendé en tant qu’une composante d’un « retour à l’ordre » qui se serait produit à cette période. Nous questionnons précisément ces deux notions de « retour » dans cet exposé dont l’objet est de présenter un panorama et une analyse, textes et images, des recours, pendant l’entre-deux-guerres, à l’antiquité au travers des revues d’art et des livres illustrés publiés en France à cette période. Une présentation rapide est d’abord faite de l’approche choisie pour mener cette recherche, une approche récemment développée sur la base de la théorie des champs du sociologue Pierre Bourdieu. Nous justifions ensuite le choix des neuf revues d’art sélectionnées pour cette étude, telles que L’Esprit nouveau, Les Cahiers d’art ou Minotaure, puis nous décrivons les différentes bases de données établies dans ce cadre. La base couvrant les revues d’art compile et analyse tous les articles ayant trait à l’antiquité gréco-romaine publiés dans ces revues au cours de la période considérée. Nous rendons compte ensuite des résultats de l’exploitation de ces bases en identifiant, pour chacun des quatre secteurs du champ artistique, les formes de recours à l’antique (univers grec ou latin, orientations esthétiques et idéologiques, etc.) véhiculées par les livres illustrés et par les revues « positionnés » sur la zone considérée, dressant ainsi un panorama à travers le champ de ces recours. Nous mettons alors en évidence la cohérence de ce panorama, en montrant que les formes de recours se répartissent dans la structure en concordance avec les valeurs esthétiques et sociétales qui la sous-tendent. Nous montrons également comment cette répartition spatiale s’inscrit dans l’histoire, récente ou plus lointaine, du champ, corroborant ainsi la « loi du changement » observée pour tous les champs culturels. Nous revenons en conclusion sur les notions de « retour à l’antique » et de « retour à l’ordre » pendant l’entre-deux-guerres et sur les raisons de leur succès critique.

In literature and art, we generally talk of a “return to antiquity” during the interwar period, and of a “return to antiquity” understood as part of a “return to order” that occurred during this period. We will examine these two notions of “return” in this presentation, which aims to provide an overview and analysis, in text and image, of the use of antiquity in art magazines and illustrated books published in France between the two wars. We begin with a brief presentation of the approach chosen to conduct this research, an approach recently developed on the basis of sociologist Pierre Bourdieu’s field theory. We then justify the choice of nine art magazines for this study, such as L’Esprit nouveau, Les Cahiers d’art and Minotaure, and describe the various databases established for this purpose. The database covering art magazines compiles and analyzes all articles on Greco-Roman antiquity published in these magazines during the period under. We then report on the results of using these databases, identifying, for each of the four sectors of the artistic field, the forms of recourse to antiquity (Greek or Latin universe, aesthetic and ideological orientations, etc.) conveyed by the illustrated books and magazines “positioned” in the area, thus drawing up a panorama across the field of these recourses. We then highlight the coherence of this panorama, showing that the forms of recourse are distributed throughout the structure in accordance with the aesthetic and societal values that underpin it. We also show how this spatial distribution is part of the field’s recent or more distant history, thus corroborating the “law of change” observed for all cultural fields. In conclusion, we return to the notions of “return to antiquity” and “return to order” during the interwar period, and the reasons for their critical success.

——–

La séance sera accessible également en ligne. Les demandes d’inscription pour la séance en ligne sont à adresser à norbert.verdier@u-psud.fr et alexia.kalantzis@u-paris.fr.

The session will also be available online. Requests to register for the online session should be sent to norbert.verdier@u-psud.fr and alexia.kalantzis@u-paris.fr

Organisateurs/organizers :

Hélène Védrine (Sorbonne Université, CELLF 19-21)

Norbert Verdier (Paris-Saclay, EST-GHDSO)

Alexia Kalantzis (UVSQ, CHCSC & Université Paris Cité, CERILAC)


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Viera Rebolledo-Dhuin (15 mai 2024). Séminaire PéLiAS – saison 2024 3/4 – mercredi 22 mai 2024, 16h-19h. DEF19. Consulté le 22 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11obp


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.