Compte rendu de la 1ère Journée d’études internationales

Le 23 octobre 2015, à la Bibliothèque de l’Arsenal, se tenait la première journée d’études du projet DEF19 intitulée « Dictionnaires et répertoires des gens du livre, en Europe et dans le monde. Expériences et perspectives. »

Vous trouverez ci-dessous un compte-rendu de cette journée ainsi que les captations des interventions. En cliquant sur les images, vous retrouverez les liens vers les vidéos, dont les auteurs ont accepté la diffusion.


C’est à la bibliothèque de l’Arsenal, à Paris, que s’est déroulée le 23 octobre 2015 la journée d’études internationales « Dictionnaires et répertoires des gens du livre, en Europe et dans le monde. Expériences et perspectives », premier événement scientifique du projet ANR DEF19, ainsi que l’a rappelé Jean-Charles Geslot, coordinateur du projet, en introduction de la journée.

Pascal Fouché

Communication de Pascal Fouché. Cliquez sur la photo pour accéder à la vidéo.

La matinée a consisté en une série de regards croisés sur quelques entreprises éditoriales équivalentes à celle entreprise par l’équipe du projet DEF19, avec pour objectif d’en tirer des expériences et des enseignements. Pascal Fouché a ainsi décrit avec précision la façon dont avait été conduite l’entreprise du Dictionnaire encyclopédique du livre, lancée en 1995 et achevée en 2011 avec la publication de l’index général et du troisième volume – les deux premiers ayant paru en 2002 et 2005. Tout en insistant sur les difficultés éditoriales que rencontre forcément un tel travail collectif (sélection des entrées, recherche des auteurs, harmonisation des notices, etc.), il a expliqué que 236 éditeurs avaient leur entrée dans le dictionnaire, dont 78 apparus au XIXe siècle (et 158 au XXe). Le Dictionnaire privilégie l’’entreprise par rapport à la biographie individuelle : sur ces 236 éditeurs, 181 donnent lieu à une notice centrée sur l’histoire de leur maison d’édition, et 55 sur le fondateur sans que cela génère de doublons (à l’exception près de Michel Lévy et Calmann Lévy qui ont chacun une entrée bien qu’il s’agisse de la même maison). Cette remarque pose une question centrale pour le Dictionnaire des éditeurs français du XIXe siècle : celle de la définition du mot « éditeur », qui peut renvoyer autant à l’homme qu’à l’institution.

Sabine Juratic

Communication de Sabine Juratic. Cliquez sur la photo pour accéder à la vidéo.

Cette question de la définition du corpus a trouvé écho dans le propos de Sabine Juratic qui a ensuite présenté le Dictionnaire des imprimeurs, libraires et gens du livre à Paris (1701-1789), dont le premier volume (A-C) est paru en 2007. Cette publication s’intègre dans un projet national fondé sur  des enquêtes régionales (Lille, F. Barbier, 2002 ; Lyon, D. Varry, en ligne ; Dijon, F. Weill ; Basse-Normandie, A. Girard puis I. Maxted, cf. infra), fortes aujourd’hui de 2 200 notices. Cet outil majeur pour la recherche en histoire du livre au XVIIIe siècle a nécessité lui aussi une réflexion sur la sélection des entrées. Partis d’une définition juridique et professionnelle des gens du livre, fixée par la corporation des libraires et imprimeurs, les auteurs ont étendu le champ vers d’autres catégories, comme les commanditaires et investisseurs, les libraires ne possédant par le titre officiel, les colporteurs plus ou moins agréés par la corporation, les vendeurs occasionnels, etc. A l’inverse ont été exclus certaines autres catégories comme les auteurs, les relieurs (relevant d’une corporation différente), les imprimeurs en taille-douce, les marchands de musique et d’estampes, les papetiers, les ouvriers imprimeurs (exception faite de Restif de la Bretonne). On voit la difficulté à définir un corpus clair et la nécessité de faire des choix. Contrairement au Dictionnaire encyclopédique, les notices portent systématiquement sur des individus et non sur des maisons, dans la mesure où cette catégorie est plus difficile à cerner à l’époque moderne. Sabine Juratic a insisté enfin sur les apports de ce travail en termes de prosopographie et d’histoire économique et sociale, confirmant l’intention de l’équipe de DEF19 de prolonger le dictionnaire par une série d’études sur le groupe des éditeurs. Elle montre à son tour les difficultés d’une telle entreprise et insiste sur le fait qu’il ne faut pas espérer arriver à des notices définitives, et qu’il est nécessaire de réfléchir autant au corpus étudié qu’à la forme de la publication, confirmant là encore la volonté de l’équipe de DEF19 de conjuguer la publication papier, présentant « l’état de la science à un moment donné », et la publication électronique permettant de prendre en compte les avancées de la recherche.

Jean-Dominique Mellot et Nathalie Aguirre

Communication de Nathalie Aguirre et Jean-Dominique Mellot. La vidéo de cette communication n’est pas ouverte à la consultation.

Poursuivant l’exploration des recensements des gens du livre à l’époque moderne, Jean-Dominique Mellot et Nathalie Aguirre, membres de l’équipe du projet DEF19, décrivent la genèse de l’ambitieux Répertoire d’imprimeurs/libraires (vers 1470-vers 1830), dictionnaire de notices d’autorité établi par les équipes de la Bibliothèque nationale de France à partir des années 1980. Ils reviennent sur le long périple ayant permis de transformer le seul outil existant alors, l’index des imprimeurs/libraires du Catalogue des anonymes anciens de la BN, en un répertoire comportant plus de 9 500 notices à ce jour, et qui doit faire l’objet prochainement d’une cinquième édition (la précédente, datant de 2004, comportait 5 200 notices). Alors que cette publication a pu au départ être considérée comme inhabituelle et d’un investissement lourd, eu égard aux recherches effectuées pour établir chaque notice, elle est devenue depuis un outil incontournable pour la recherche historique et bibliographique, permettant également de dater les éditions anciennes non datées. A tel point que le flux de demandes de créations de notices semble aujourd’hui intarissable tandis que le Répertoire s’intègre dans un mouvement international de référencement de grands réservoirs internationaux de données biographiques et bibliographiques. Le projet de Dictionnaire des éditeurs français du XIXe siècle doit permettre d’aider en partie à répondre à cette demande, lui-même se nourrissant déjà du travail réalisé à la BnF depuis trente ans mais le complétant. D’où la participation active de Nathalie Aguirre et Jean-Dominique Mellot au projet DEF19 depuis son lancement.

Ian Maxted

Communication de Ian Maxted. Cliquez sur la photo pour accéder à la vidéo.

La deuxième partie de la matinée a permis de bénéficier des éclairages de chercheurs travaillant sur des espaces autres que la France. Ian Maxted, qui a participé au Dictionnaire des imprimeurs, libraires et gens du livre en Basse-Normandie (1701-1789) dans le cadre de l’entreprise dirigée par Sabine Juratic (cf. supra), est également revenu sur ses travaux ayant abouti au British Book Trade Index, base de données en ligne concernant plus de 95 000 individus et établissements d’Angleterre et du Pays de Galles sur la période allant du XVe siècle à 1851. Ce travail faisait suite à une série d’autres recherches personnelles sur les gens du livre en Grande-Bretagne, ayant abouti à un certain nombre d’auto-éditions consultables sur un site dédié (notamment l’index topographique microfiché des gens du livre à Londres entre 1774 et 1830, la prosopographie de 2800 gens du livre du Moyen Âge à 1855 dans le Devon, le répertoire des 1695 noms figurant sur la liste des souscripteurs du Flindell’s Western Luminary, etc.). Ian Maxted évoque les difficultés financière et techniques qu’il a rencontrées, notamment depuis l’utilisation d’un ordinateur personnel en 1986 : ces considérations intéressent particulièrement l’équipe du projet DEF19, dont la base de données pose elle aussi, certes avec des moyens (financiers et informatiques) aujourd’hui différents, la question du transfert et de la pérennité des données[1].

Josée Vincent

Communication de Josée Vincent. Cliquez sur la photo pour accéder à la vidéo.

Les mêmes problèmes techniques sont évoqués par Josée Vincent à propos du Dictionnaire des gens du livre au Québec. Cette entreprise commencée il y a plusieurs années et menée au sein du Groupe de recherches et d’études sur le livre au Québec (GRÉLQ) faisait suite à celle de l’Histoire de l’édition au Québec, trois volumes publiés de 2004 à 2007 sous sa direction et celle de Marie-Pier Luneau. Josée Vincent a livré des détails particulièrement intéressants sur les enjeux et difficultés de ce travail collectif qui, s’il n’est pas seulement biographique mais encyclopédique, se rapproche du projet DEF19. L’une des difficultés réside dans l’absence de recensements équivalents à ceux dont les historiens du livre disposent pour la France : les registres de censure et plus généralement les archives de la police (du livre) ou de dépôt légal n’apparaissent en effet au Québec qu’au XXe siècle, tout comme les annuaires du commerce ; en outre, les archives des maisons d’édition sont en général assez pauvres. A ce problème de sources s’ajoute celui, plus pragmatique, de la gestion de la base de données, si chronophage qu’elle en devient un projet de recherche en soi. Les retards pris dans le projet ont conduit à préciser les termes, la période ainsi que les méthodes en abandonnant une partie des catégories d’entrées initialement prévues. Mais le travail accompli a permis la mise en ligne de la base de données sur les gens du livre au Québec, qui continue à être alimentée – c’est ce modèle qu’ont d’ores et déjà choisi d’adopter les membres de l’équipe DEF19. Josée Vincent conclut sur les apports déjà nombreux de la recherche menée dans le cadre de ce Dictionnaire (découverte d’éditeurs, traducteurs et/ou illustrateurs ignorés ou méconnus, constats d’ordre prosopographique, économique ou social, comme la circulation des acteurs d’un secteur éditorial à l’autre, la forte présence des Français et des Belges dans l’édition québécoise, ou bien les liens étroits entretenus par les éditeurs de la Belle Province avec l’Europe, les Etats-Unis ou le reste du Canada…).

Les deux tables rondes de l’après-midi avaient pour objectif de recueillir les témoignages et constats de chercheurs travaillant sur des espaces où des outils

Geslot-Rebolledo

Communication de Jean-Charles Geslot et Viera Rebolledo-Dhuin. Cliquez sur la photo pour accéder à la vidéo.

Jean-Charles Geslot, coordinateur du projet DEF19, et Viera Rebolledo-Dhuin, poste-doctorante au sein du même projet, ont présenté la genèse, les objectifs et les méthodes du Dictionnaire des éditeurs français du XIXe siècle. Ils ont rappelé d’abord la façon dont il s’était mis en place, à partir d’une suggestion de Jean-Yves Mollier et des travaux de thèse de Viera Rebolledo-Dhuin elle-même et de Marie-Claire Boscq sur les gens du livre à Paris au XIXe siècle. Grâce à un financement de l’Agence nationale pour la recherche (ANR), le projet a pu prendre forme, avec le recrutement d’une post-doctorante et l’allocation de moyens pour mettre en place une programmation scientifique (deux journées d’études, dont celle-ci, et un colloque, organisés entre 2015 et 2018). Il est prévu la publication d’un dictionnaire papier couvrant la période 1810-1870 (celle dite du brevet), et la mise en ligne d’une base de données collaborative, librement consultable en ligne, sur l’ensemble de la période 1800-1914. Cette base est actuellement en cours de constitution, sous la direction de Viera Rebolledo-Dhuin, en collaboration avec le service à la recherche de la Bibliothèque universitaire de Saint-Quentin-en-Yvelines et avec  le soutien de la TGIR Huma-Num. Un outil transitoire développé  sous MySQL  par Marie-Claire Boscq et Gérard Martinelli a permis de mettre à l’épreuve la structuration des données, avant d’envisager d’autres solutions en testant les logiciels AToM (développé par le Conseil international des Archives, ICA) puis Omeka (développé par le Centre pour l’Histoire et les Nouveaux média, CHNM). Le lancement de la base de données DEF19 est prévu pour le début de l’année 2016.

Kmar Bendana

Communication de Kmar Bendana. Cliquez sur la photo pour accéder à la vidéo.

Kmar Bendana a évoqué ensuite le cas de la Tunisie, cas extrême s’il en est : non seulement aucune entreprise des gens ou des métiers du livre n’y est envisagée, mais surtout, l’histoire du livre et de l’édition y est quasiment absente. Elle n’a recensé qu’une seul thèse et un seul mémoire de maîtrise sur ce domaine entre 2000 et 2015, et note que les structures de recherche et d’enseignement supérieur en ce domaine sont inexistantes – les bouleversements socio-politiques récents n’ayant pas réellement amélioré les choses. Il existe bien une recherche sur le livre, mais elle relève surtout des études littéraires et concerne moins le contenant, dans une perspective technique, économique ou culturelle, que le contenu, appréhendé d’un point de vue avant tout esthétique. Un projet d’histoire du livre équivalent à celui qui existe en France ou dans d’autres pays poserait notamment un problème de temporalité. Elle rappelle en effet que l’imprimé n’apparaît en Tunisie qu’au XIXe siècle, vers 1860, et que la tradition manuscrite y reste vivace jusqu’au milieu du XXe siècle au moins (notamment par l’intermédiaire des copistes). Les modalités de la surveillance des métiers du livre sont différentes, surtout en contexte colonial, les archives d’entreprises sont peu nombreuses… Un projet de recensement des gens du livre en Tunisie n’est donc pas à l’ordre du jour.

François Vallotton

Communication de François Vallotton. Cliquez sur la photo pour accéder à la vidéo.

Le même manque se fait ressentir en Suisse, à propos de laquelle François Vallotton a expliqué que n’existait aucun dictionnaire des métiers du livre achevé ou en projet, ni d’ailleurs aucune grande synthèse sur l’histoire du livre, nationale ou cantonale. S’il n’y a pas non plus de grande biographie nationale, il existe en revanche quelques dictionnaires thématiques (sur les artistes, les militaires, les conseillers fédéraux…), des dictionnaires encyclopédiques et différents outils qui pourraient servir de modèle ou de base à un recensement des gens du livre, notamment Lumières Lausanne ou le Dictionnaire historique de la Suisse, exploité pour l’occasion. Ses treize volumes, publiés de 1988 à 2014, contiennent 26 000 biographies qu’on peut interroger grâce à la base de données en ligne. Peu d’hommes du livre y figurent parce qu’ils ont été éditeurs ou imprimeurs, mais on y trouve néanmoins 212 individus actifs entre 1798 et 2000 : 38% décrits comme imprimeurs, 19% comme éditeurs, 15% comme libraires, le reste cumulant deux ou trois fonctions liées au monde du livre (11% de libraires-éditeurs, par exemple). L’exploitation quantitative de ces données montre qu’il y a une surreprésentation des éditeurs à Zurich, alors que les imprimeurs sont plus présents à Bâle et les libraires à Berne. Par ailleurs, la répartition statistique des acteurs par génération montre qu’il y a une autonomisation de l’éditeur dans les années 1870. Qualitativement, on observe une forte endogamie, la diversité des formations, l’importance de la pluriactivité, la forte implication politique ou au sein d’institutions économiques, sociales et culturelles des acteurs, ainsi que l’existence de réseaux internationaux. Mais François Vallotton insiste sur le fait que les critères de sélection des entrées peuvent introduire des biais dans les résultats. En tout état de cause, outre ce recensement imparfait, peu d’outils seraient susceptibles de permettre un recensement des gens du livre au XIXe siècle : les archives du contrôle sont très lacunaires et ne contiennent pas de dossiers individuels identiques à ceux de la série F18 des Archives nationales (en raison de l’absence de régime du brevet ou de l’autorisation préalable). Il existe bien deux recensements, mais marginaux par rapport aux éditeurs du XIXe siècle : le Répertoire des imprimeurs et éditeurs suisses actifs avant 1800 (RIECH) et le projet Lumières.Lausanne, base de données bio- et bibliographique qui offre en ligne des textes du XVIIIe siècle agrémentées de fiches biographiques.

Table ronde n°1

Table ronde n°1. Cliquez sur la photo pour accéder à la vidéo de la discussion avec le public.

Jean-François Botrel

Communication de Jean-François Botrel. Cliquez sur la photo pour accéder à la vidéo.

Pour l’Espagne, Jean-François Botrel indique que le recensement des éditeurs est facilité par les sources fiscales, qui permettraient de donner une liste quasiment exhaustive des professionnels du livre. Elles pourraient du reste être avantageusement complétées par des sources notariales. Ici cependant se pose la question du cadre géographique national, de la pertinence de l’espace « Espagne », présentant en outre une double « capitalité » du livre (autour de Madrid et de Barcelone). La transposition du répertoire vers un dictionnaire pose par ailleurs le problème de la classification des acteurs. Jean-François Botrel note la nécessité de prendre en compte les propriétaires et éditeurs de périodiques – ce avec quoi l’équipe du projet DEF19 est d’accord, dans la mesure où ceux qui publient des périodiques ont été par ailleurs éditeurs. Sur cette question des contours à donner au corpus des professionnels à prendre à compte, il suggère un certain nombre d’options. Une approche pragmatique consisterait à prendre en compte la centaine d’éditeurs dont les noms se retrouvent fréquemment dans les sources, mais cela poserait le problème de la canonisation quelques individus en laissant dans l’ombre des secteurs entiers de l’édition qui n’ont pas connu d’éditeurs remarquables, comme l’édition religieuse, les imprimés populaires ou encore ceux de colportage… Il serait par ailleurs nécessaire de ne pas prendre en compte que l’éditeur considéré comme individu, mais aussi l’entreprise d’édition considérée collectivement, tant les maisons d’édition ne se réduisent pas seulement à leurs fondateurs ou propriétaires.

Frédéric Barbier

Communication de Frédéric Barbier. Cliquez sur la photo pour accéder à la vidéo.

A l’inverse de la Tunisie ou de la Suisse, l’Allemagne, dont est venu parler Frédéric Barbier, dispose de nombreux outils. Dès les années 1920 en effet, ont été constitués des dictionnaires des gens du livre, notamment des imprimeurs, souvent organisés d’ailleurs par ordre alphabétique des villes où ils exerçaient. Les sources d’archives sont également nombreuses (annuaires professionnels notamment), tout comme les monographies sur le monde du livre, monographies d’entreprises entre autres. De nombreux dictionnaires utiles existent par ailleurs, notamment sur Internet, ainsi l’Elektronik Deutsche Biographie, qui compile une série d’autres dictionnaires comme l’Allgemeine Deutsche Biographie (1875-1912) ou la Neue Deutsche Biographie (lancée en 1953). On trouve également en ligne des outils comme le répertoire de reliures anciennes. Frédéric Barbier s’est interrogé cependant sur l’exercice de la prosopographie, en rapport avec les dictionnaires. On peut retrouver ses réflexions dans un billet publié le 23 octobre sur son blog un billet intitulé « Prosopographie et histoire du livre » publié sur son blog le 23 octobre 2015, et qui reprend en grande partie le propos de son intervention à la journée d’études.

Kirsop-Mellot

Communication de Wallace Kirsop lue par Jean-Dominique Mellot. Cliquez sur la photo pour accéder à la vidéo.

Wallace Kirsop, contacté pour parler de l’Australie et de l’Océanie, n’ayant pu participer à la journée d’études, il a fait néanmoins fait parvenir sa contribution, lue par Jean-Dominique Mellot. Comme pour l’Espagne ou l’Allemagne se pose d’abord un problème d’ordre géographique, tant l’espace est vaste et hétérogène, considéré d’un point de vue linguistique et culturel. L’Australie et la Nouvelle-Zélande sont divisées en plusieurs colonies aux histoires et orientations différentes ; elles forment néanmoins un ensemble, en lien avec le reste du monde britannique, qui attire également de nombreux étrangers, notamment venus d’Europe : il est donc nécessaire d’englober, pour toute recherche sur les professionnels du livre, les ressources existant dans tous les espaces concernés. Pour autant les annuaires professionnels sont parfois lacunaires, en raison de la grande volatilité parfois de l’activité économique de certaines villes ou régions minières. En dépit de ces difficultés, l’histoire du livre est ancienne dans cette région du monde grâce à deux types d’initiatives. Celle d’abord de professionnels et de « vulgarisateurs nostalgiques », qui ont notamment publié des monographies locales ou régionales, mais aussi des dictionnaires biographiques (ainsi la précieuse liste établie par John Holroyd en 1980 des pionniers de la librairie australienne), basés parfois sur des témoignages oraux. Les travaux universitaires existent également : un dictionnaire des gens du livre a été lancé en Nouvelle-Zélande et, en Australie, devrait paraître une histoire générale du livre en trois volumes (le premier est paru, consacré au XXe siècle, celui sur le XIXe siècle est attendu). On dispose déjà de plusieurs outils permettant le recensement des gens du livre (comme ceux de Ian Morrisson, d’Elizabeth Webby, ou à une échelle plus locale celui de Thomas A. Darragh pour le Victoria). Wallace Kirsop termine son étude sur le rêve d’un projet international qui aboutirait à un Index typographicum bibliopolarumque (ou librariorumque).

Marisa Midori

Communication de Marisa Midori Deaecto. Cliquez sur la photo pour accéder à la vidéo.

Marisa Midori Deaecto a présenté, pour terminer, un tour d’horizon de l’histoire du livre au Brésil, depuis introduction de l’imprimerie par les colons. Jusqu’à la fin du XVIIIe siècle l’édition répond aux besoins de l’administration coloniale et la prégnance de l’édition administrative perdure dans le cadre du processus d’indépendance. Le développement de l’activité éditoriale commence dans les années 1820-1830 et se consolide, parallèlement à l’État, durant la seconde moitié du XIXe siècle mais sous influence européenne. Ce n’est qu’au tournant du siècle qu’apparaît une quête d’une édition aux couleurs brésiliennes. Aujourd’hui encore l’historiographie du livre est dominée par les grandes figures européennes et notamment françaises, tel les frères Garnier. Cependant, l’éditeur brésilien le plus important du pays, Francisco de Paula Brito, a récemment fait l’objet d’une thèse brillante. Marisa Midora a ensuite  évoqué le projet Collection de la mémoire éditoriale, ne correspondant  pas à un dictionnaire des gens du livre mais à une série de publications relatives à toute recherche portant sur des figures importantes du marché éditorial. Il existe en effet au Brésil déjà de nombreuses données monographiques et biographiques, mais pas d’entreprise de recensement systématique de gens du livre. Il y aurait pourtant un certain nombre de sources qui pourraient permettre de l’envisager. Elle signale en effet : une collection spéciale recueillant des entretiens avec des éditeurs brésiliens et une sur la mémoire typographique ; le Diccionario de términos periodisticos y gráficos, les sources de la censure, qui fournissent des renseignements intéressants ; les travaux d’ Ubiratan Machado, sur les étiquettes de livres, permettant de lister un grand nombre de libraires ; les inventaires après décès qui font actuellement l’objet d’une enquête globale (mais le corpus ne comprend que 0,5% d’imprimeurs, soit deux inventaires seulement pour São Paulo).

Table ronde n°2

Table ronde n°2. Cliquez sur la photo pour accéder à la vidéo de la discussion avec le public.

Au terme de cette journée, l’équipe du projet DEF19 tient encore à remercier l’ensemble des intervenants et des participants pour la richesse de leur contribution à la réflexion sur les dictionnaires et répertoires des gens du livre. Elle exprime également sa gratitude au personnel de la bibliothèque de l’Arsenal, notamment son directeur, Bruno Blasselle, et sa directrice-adjointe, Eve Netchine.

Elle remercie également les étudiants de la LPCAM (Licence Professionnelle Communications Audiovisuelles et Multimédias locales et de proximité) de l’UPOND qui ont assuré les captations de la journée aujourd’hui mises en ligne.

[1] On peut lire le texte (en français) de l’intervention de Ian Maxted sur son blog, où il a également mis en ligne un compte rendu en anglais de la journée d’études.


Compte-rendu au format PDF : CR_JE1


Une réflexion au sujet de « Compte rendu de la 1ère Journée d’études internationales »

  1. Ping : Dictionnaires et répertoires des gens du livre, en Europe et dans le monde. Expériences et perspectives. | Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *