Le projet DEF 19 vu de la bibliothèque universitaire

Le libre accès aux publications scientifiques et aux données de la recherche constitue aujourd’hui un cheval de bataille des bibliothèques universitaires. Frappées par l’augmentation constante du coût des ressources électroniques et soucieuses depuis toujours de défendre l’accès le plus large possible aux travaux de leurs chercheurs, les bibliothèques universitaires voient dans le libre accès un enjeu majeur de l’information scientifique et technique de demain. À la Direction des Bibliothèques et de l’Information Scientifique et Technique (DBIST) de l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, pour répondre à l’importance grandissante de ces enjeux, un pôle des services à la recherche s’est créé et, à l’intérieur de ce pôle, une équipe de trois personnes a plus spécifiquement en charge la veille sur les questions de libre accès et de données de la recherche ainsi que l’accompagnement des projets dans ce domaine. C’est ainsi que cette équipe a eu l’occasion de jouer un rôle de conseil auprès du programme ANR POLIMA, qui a pour objectif de mettre en ligne une bibliographie et un corpus de textes médiévaux à listes, et qu’elle s’est impliquée dès le début dans le projet de Dictionnaire des éditeurs français du XIXe siècle (DEF19).

En effet, nous avons été très heureux d’être contactés, en 2014, pour le projet  DEF19 et ce, d’autant plus que, historiens de formation, nous étions particulièrement intéressés par le sujet. Il s’agissait pour nous d’intervenir, non pas sur le contenu, qui relevait de la responsabilité des chercheurs, mais sur la structuration des données, leur mise à disposition de la communauté scientifique et leur conservation. Nous avons pu apporter notre expérience bibliothéconomique à la structuration de la future base de données. Quelles informations retenir ? Sous quels champs ? Comment distinguer ou regrouper ces champs ? Ce travail de construction intellectuelle de la base de données, primordial, a été mené en parallèle de la réflexion sur le choix du logiciel. Lors de projets précédents, nous avions fait l’acquisition du logiciel QES, de la société QWAM, qui présentait l’avantage d’une grande flexibilité au niveau de la création des champs. Mais, celui-ci étant destiné à des bases de données bibliographiques et non relationnelles, nous l’avons rapidement écarté. Après plusieurs mois de test d’AtoM, qui offrait de nombreuses possibilités, pour la mise en relation des données notamment, mais était, somme toute, plus adapté aux archives qu’à un dictionnaire prosopographique, nous sommes passés à Omeka. Parce que ce dernier s’est avéré être bien plus en adéquation avec les exigences de DEF19, c’est lui qui sera finalement retenu pour le projet, sous sa forme classique (Omeka 2.4) ou sémantique (Omeka S), grâce à l’aide de la société de développement Limonade & Co.

Dans notre réflexion sur le choix du logiciel, nous avons été guidés par la très grande infrastructure de recherche Huma-Num qui, forte de ses multiples réussites au niveau national, nous a proposé différentes solutions logicielles et les héberge sur ses serveurs. Ainsi, c’est également par le biais d’Huma-Num que la base de données sera archivée de façon pérenne. La coopération avec Huma-Num et avec d’autres scientifiques d’horizons différents est, à nos yeux, une des forces de DEF19. Allier les expériences de chercheurs, d’archivistes et de bibliothécaires permet d’additionner les compétences au profit du projet. Le tout dans une ambiance amicale comme c’est le cas, nous ne pouvions pas demander mieux !

William Demet, Aleth Tisseau des Escotais


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *