La BnF et le projet ANR DEF19

La Bibliothèque nationale de France (BnF) et le projet ANR DEF19
(Dictionnaire des éditeurs français du XIXe siècle)

Au cœur des missions de la BnF : catalogage, métadonnées, notices d’autorité

La Bibliothèque nationale de France, établissement public sous tutelle du ministère de la Culture et de la communication (MCC) institué par décret du 3 janvier 1994, a succédé à la Bibliothèque nationale (BN), elle-même héritière de la Bibliothèque du Roi, constituée par les rois de France à partir du XIVe siècle. Enrichie depuis 1537 par l’obligation du dépôt légal de toute nouvelle édition publiée en France ainsi que par les confiscations de l’époque révolutionnaire et impériale et par une politique d’acquisitions, elle conserve aujourd’hui sur l’ensemble de ses sites (Richelieu, Tolbiac – François-Mitterrand, Arsenal, Opéra…) plus de 13 millions de livres imprimés — dont plus de 1,5 million sont antérieurs à 1830 —, des millions de fascicules de périodiques et des collections de premier plan en ce qui concerne les documents dits spécialisés (manuscrits, estampes, photographies, affiches, cartes et plans, partitions musicales, supports audiovisuels…). Aussi la BnF a-t-elle pour missions de « collecter, conserver, enrichir et communiquer le patrimoine documentaire national » (décret du 3 janvier 1994).

À l’articulation entre les missions de conservation et de communication des documents, intervient une fonction essentielle de la BnF, celle du catalogage des collections, autrement dit de la constitution de leurs métadonnées, de leur description experte permettant leur signalement (depuis 1998 à travers BnF Catalogue général accessible à distance via Internet) ainsi que, pour une part, leur publication en ligne dans le cadre de la bibliothèque numérique Gallica, et la valorisation de leurs contenus. Le catalogage des collections, anciennes tout particulièrement[1], met en œuvre non seulement un savoir-faire et des normes spécifiques, mais aussi des connaissances approfondies en matière de bibliographie, de bibliographie matérielle, d’histoire du livre et de l’édition.

Compte tenu de son statut de tête du réseau des bibliothèques patrimoniales françaises et, à ce titre, de fournisseur de données réutilisables, la BnF s’est beaucoup impliquée dans l’élaboration et l’actualisation des normes de catalogage. Elle a notamment travaillé à une description plus fine des éditions anciennes. Elle a également été pionnière, à partir des années 1970, dans la production de notices d’autorité informatisées (auteurs, éditeurs, artistes, collectivités éditrices, titres, matières…), notices de référence en principe univoques venant en appui des descriptions d’éditions (notices bibliographiques) et liées à elles[2]. La constitution de fichiers d’autorité, chantier de longue haleine nécessitant l’exploitation de multiples ouvrages de référence, a contribué à tisser, autour des notices descriptives, un dense réseau documentaire (aujourd’hui près de 150 000 notices d’autorité rien que pour le livre antérieur au XXe siècle) permettant d’identifier de façon fiable auteurs, journalistes, collaborateurs, imprimeurs, libraires, éditeurs, institutions et associations ayant une responsabilité dans au moins une édition conservée à la BnF. C’est en s’appuyant sur les fichiers d’autorité ainsi élaborés au sein de son Catalogue général que la BnF a pu mettre sur pied depuis 3 ans la plate-forme data.bnf.fr, pivot documentaire permettant de présenter aujourd’hui la majorité de ses notices d’autorité en première page des principaux moteurs de recherche sur Internet.

Le corpus des autorités imprimeurs/libraires à la BnF : une entreprise en lien direct avec le mouvement de la recherche

Dans le vaste chantier des notices d’autorité, le service de l’Inventaire rétrospectif (BnF, direction des Collections), chargé notamment de la mise à niveau du Catalogue général pour les livres et périodiques anciens (antérieurs à 1831), a été amené dès les années 1980 à accorder une attention toute particulière au vaste corpus des imprimeurs / libraires et des éditeurs. Une meilleure connaissance des biographies et carrières de ces professionnels du livre et du journal, à travers des notices riches, autorise en effet la datation d’un grand nombre d’éditions sans date (près de 30 % des collections anciennes). D’une façon plus générale, cette collecte de données offre la possibilité de resituer les œuvres publiées de telle époque ou catégorie dans leur contexte éditorial[3]. Tout ce travail d’identification a profité dès l’origine des progrès, en France et à l’étranger, de l’histoire du livre et de l’édition et de la multiplication des recherches en la matière depuis plus de quatre décennies. C’est pourquoi, puisant ses données aussi bien dans les éditions conservées que dans une foule d’études connues ou moins connues, le Répertoire d’imprimeurs / libraires publié par une petite équipe du service de l’Inventaire rétrospectif depuis 1988 (éditions cumulatives en 1991, 1997, 2004[4]) a été lui-même salué non seulement comme un outil précieux pour le catalogage et l’identification des éditions anciennes, mais aussi comme un travail incontournable dans le champ de la recherche internationale sur l’histoire du livre et de ses métiers. Sa 5e édition, en préparation, offrira un corpus de plus de 9 000 notices biographiques françaises et étrangères couvrant désormais toute la période artisanale du livre imprimé, de 1470 à 1830 (5 200 notices mises à jour et près de 4 000 nouvelles) — toutes notices d’autorité extraites de BnF Catalogue général en ligne, où elles sont déjà reliées à plus de 100 000 notices bibliographiques décrivant des éditions anciennes figurant parmi les collections de la BnF.

Ce type d’entreprise, à la croisée des besoins documentaires (métadonnées du catalogue) et de recherche historique, s’encadre pleinement dans les missions de recherche et valorisation qui reviennent à la BnF, en relation avec le patrimoine dont elle a la charge[5]. C’est au titre de ces missions que la BnF s’inscrit comme partenaire de plusieurs programmes de recherche financés par l’ANR (Agence nationale de la recherche, créée le 1er janvier 2007). Pour mémoire, c’est le cas actuellement pour les projets DOREMUS (musicologie ; 2014-2016), ECHO (histoire de l’oral des œuvres dramatiques entre 1950 et 2000 ; 2014-2017), HEMEF (histoire de l’enseignement musical en France au XIXe siècle ; 2013-2016), IDT (publication des textes liminaires des pièces de théâtre européennes des XVIe et XVIIe siècles ; 2011-2015)… et bien sûr pour DEF19 (Dictionnaire des éditeurs français du XIXe siècle), qui retient ici notre attention — projet coordonné par Jean-Charles Geslot (université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines, UVSQY) et dont les partenaires sont, outre la BnF, les Archives nationales et le pôle Métiers du livre de l’université Paris-Ouest.

Le service de l’Inventaire rétrospectif de la BnF et le programme DEF19

L’ambition de DEF19 de combler la lacune qui affecte le XIXe siècle français, en offrant à la communauté scientifique un dictionnaire des éditeurs ayant exercé entre 1800 et 1914, rejoint les préoccupations de la BnF et de son service de l’Inventaire rétrospectif, piloté par Jean-Dominique Mellot, lui-même à l’origine du Répertoire d’imprimeurs/libraires BnF et engagé dans plusieurs entreprises à caractère prosopographique. Depuis le début des années 2000, la petite équipe chargée à l’Inventaire d’élaborer les notices d’autorité d’imprimeurs/libraires (et de publier le Répertoire qui en est issu) a en effet entrepris d’étendre sa couverture chronologique et d’inclure dans son corpus une proportion croissante de professionnels du livre du XIXe siècle, en commençant par la tranche France 1810-1830, et en engageant pour ce faire une collaboration avec la section du XIXe siècle des Archives nationales (Odile Krakovitch[6] et Patrick Laharie à l’époque). Ceci répond aux exigences du catalogage livre ancien (antérieur à 1831) mais aussi à un courant de recherche portant sur ce siècle, que les travaux de Jean-Yves Mollier et de ses étudiants et le succès de la bibliothèque numérique Gallica de la BnF (dont le centre de gravité repose clairement depuis ses débuts sur le XIXe siècle) ont contribué à alimenter.

Aussi la BnF, à travers le service de l’Inventaire, se félicite-t-elle de figurer parmi les partenaires de ce projet. À la faveur d’une extraction de son Catalogue général, elle vient d’ailleurs de mettre à la disposition du projet DEF19 et de sa base de données en constitution un premier ensemble de plus de 1 300 notices d’éditeurs français (Paris et province) ayant exercé entre 1800 et 1830 au moins. Le service de l’Inventaire continuera en outre à concentrer une partie significative de ses efforts — grâce notamment à l’apport de Nathalie Aguirre — sur la création de notices riches relatives à cette période, afin de contribuer directement à l’avancement du programme DEF19. La BnF compte également sur la mise en commun des ressources (notamment vacations) et des données collectées dans le cadre de ce programme pour enrichir sa propre offre documentaire. L’établissement apportera aussi son concours à l’organisation des réunions et des journées d’étude qui scanderont le développement du projet et forme le vœu que le succès de l’entreprise DEF19 confortera son rayonnement dans le champ de la recherche et soulignera le poids de son apport en matière d’histoire de l’édition.


[1] On appelle livre ancien un livre imprimé suivant une technique artisanale (presse à bras), avant 1831.

[2] Notice d’autorité : notice permettant d’identifier sans ambiguïté une personne (auteur, rédacteur, imprimeur, éditeur, illustrateur, etc.), une collectivité (institution, entreprise, association), un titre d’œuvre, un sujet ou un nom géographique, et de normaliser les points d’accès aux notices bibliographiques. Outre le point d’accès normalisé, la notice d’autorité contient des informations rendant possible l’identification de ce point d’accès, le rappel de toutes les formes non retenues et associées, l’indication des sources consultées, etc. Elle s’apparente ainsi à une notice biographique normalisée et structurée en champs distincts facilitant l’indexation.

[3] L’ouvrage Catalogues de libraires 1473-1810, catalogue rédigé par Claire Lesage, Eve Netchine et Véronique Sarrazin (Paris, BnF, 2006), illustre particulièrement l’apport du corpus des notices d’autorité imprimeurs/libraires pour l’identification, la datation et la contextualisation d’une catégorie de publications.

[4] Dernière édition publiée : Jean-Dominique Mellot, Élisabeth Queval, avec la collab. d’Antoine Monaque, Répertoire d’imprimeurs/libraires (vers 1500 – vers 1810), Paris, Bibliothèque nationale de France, 2004 (5 200 notices).

[5] En matière de recherche, on distingue à la BnF : 1/ les programmes inscrits au Plan triennal de la recherche (série de programmes triennaux lancée en 1995 ; 7e plan pour 2013-2015), cofinancé par la BnF elle-même et le MCC ; 2/ les programmes financés par des institutions comme l’ANR (Agence nationale de la recherche) ou par le MCC à 100 % ; 3/ les programmes individuels permettant l’accueil privilégié de jeunes chercheurs sur une durée de 4 ans (procédure d’« appel à chercheurs » lancée en 2003) ; 4/ les programmes et travaux scientifiques menés sur budget BnF par le personnel BnF et relatifs au « cœur de métier » de l’établissement, dans des domaines comme l’histoire du livre, de l’édition et des médias, la bibliographie, la bibliothéconomie, la conservation, la numérisation, la cartographie, la musicologie, l’iconographie et l’histoire des arts…

[6] Jean-Dominique Mellot et Élisabeth Queval, corédacteurs des quatre premières éditions du Répertoire d’imprimeurs/libraires de la BnF, ont ainsi pu apporter leur contribution à la publication par Odile Krakovitch de : Les Imprimeurs parisiens sous Napoléon Ier. Édition critique de l’enquête de décembre 1810. Censure, répression et réorganisation  du livre sous le Premier Empire, Paris, Paris musées, 2008.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.