Séminaire de l’Ecole des Chartes : « L’impression lithographique au XIXe siècle »

Élisabeth Parinet, professeur émérite à l’École nationale des Chartes, organise un séminaire intitulé « L’impression lithographique au XIXe siècle. Nouveaux imprimeurs, nouveaux usages, nouveaux marchés ».

Présentation

Ce séminaire, en lien avec la rédaction en cours du Dictionnaire des imprimeurs lithographes du XIXe siècle, s’intéressera à l’expansion du procédé, à ses évolutions techniques, aux conditions de son succès et à ses liens avec le développement économique local ; il observera aussi les pratiques de ces imprimeurs et les ambiguïtés de leurs rapports avec l’autorité administrative chargée de leur surveillance. Il se penchera, d’autre part, sur les principales productions lithographiques, qui, par leur volume, auront fait vivre ces imprimeurs.

Publicité, 1872 (c) Bnf-Gallica

Lire la suite

Soutenance de thèse : l’invention du livre illustré par la photographie

Le 17 novembre 2017, Laureline Meizel soutiendra une thèse de doctorat en Histoire de l’art dirigée par Michel Poivert et intitulée : « Inventer le livre illustré par la photographie en France : 1867-1897« .

Excursions daguerriennes : vues et monuments les plus remarquables du globe / [daguerreotype Lerebours]

Résumé de la thèse

Cette thèse traite des rapports noués entre le livre et la photographie en France au cours du dernier tiers du XIXe siècle. Lire la suite

Les bibliothèques au sommaire du nouveau numéro de la revue Romantisme

La revue Romantisme publie en ce mois de septembre 2017 un numéro consacré aux « Bibliothèques ». Y sont étudiées les modalités diverses de la diffusion du livre, des bibliothèques d’amateurs aux bibliothèques populaires, en passant par celles des universités et la Bibliothèque royale.

Sommaire

Introduction (Cécile Reynaud)
Lecteurs et emprunteurs à la Bibliothèque royale sous la monarchie de Juillet (Bruno Blasselle et Ségolène Blettner)
La naissance tardive des bibliothèques universitaires (Daniel Renoult)
Les débuts de la bibliothèque populaire de Versailles : Lecture et politique au temps de la libéralisation de l’Empire (Jean-Charles Geslot et Agnès Sandras)
La formation d’une bibliothèque d’art au musée du Louvre (an II-1870) (Rose-Marie Le Rouzic)
Les bibliothèques d’amateurs au XIXe siècle : Oeuvres transitoires cherchent mémoire (Amélie Calderone)

Les envois à Victor Hugo. Étude d’un corpus de dédicaces (Céline Micout)
La littérature en partage : Regards croisés de voyageurs sur les bibliothèques islandaises du XIXe siècle (Marie Mossé)
Sur l’usage romanesque des Poèmes d’Ossian : Corinne et « le fils de Caïrbar » (Shelly Charles)
Les cercles artistiques, littéraires et philosophiques d’Hector Guimard, « architecte d’Art » (Bruno Montamat)

« Bibliothèques », Romantisme. Littératures – arts – sciences – histoire, n° 3, septembre 2017, 144 pages. Armand Colin, 20€. < lien vers la page de présentation >

 

Appel à articles pour la revue « Mémoires du livre/Studies in Book Culture »

La revue en ligne Mémoires du livre / Studies in Book Culture lance un appel à article pour son 18e numéro, intitulé : «L’écrivaine, l’écrivain en recherche : perceptions et approches».

Ce numéro est dirigé par Nadine Desrochers et Marcello Vitali-Rosati (Université de Montréal) et doit être publié au printemps 2018.

L’appel est disponible au lien suivant.

Disparition de Noë Richter (1922-2017)

Le 27 février 2017 s’est éteint l’historien Noë Richter, spécialiste réputé de la lecture et des bibliothèques populaires, à l’âge de 95 ans.

Longtemps directeur de la Bibliothèque municipale de Mulhouse, puis de l’Ecole nationale supérieure des bibliothèques, il avait également été conservateur en chef de la bibliothèque de l’université du Maine.

On lui doit de nombreuses publications consacrées aux bibliothèques populaires et à la lecture publique, notamment Bibliothèques et éducation permanente (1981), La Lecture et ses institutions (1987), Introduction à l’histoire de la lecture publique et à la bibliothéconomie populaire (1995) ou encore sa monographie L’Œuvre des bons livres de Bordeaux (1997)…

On peut lire sur le site de la Bibliothèque nationale de France l’hommage rendu par Marie Galvez au grand historien disparu.

François Bonvin, L’Ecole des petites orphelines, estampe à partir d’un tableau de 1848 (détail) (c) Musée national de l’Education

Journée d’études DEF19 : Marges et périphéries du monde du livre, 23-24 février 2017

La deuxième journée d’études organisée par l’équipe du projet DEF19 aura pour thème les périphéries et les marges de l’activité éditoriale au XIXe siècle. À l’heure en effet où les grands éditeurs parisiens ou provinciaux ont pour beaucoup fait l’objet d’études historiques et sont donc relativement bien connus, le recensement entrepris dans le cadre de DEF19 a pour ambition de faire sortir de l’ombre quantité de figures inconnues. Cette rencontre se propose donc de réfléchir aux enjeux historiographiques et méthodologiques de cette redécouverte des éditeurs marginaux, moins connus et/ou moins étudiés.

affiche_webLa participation aux journées d’études est gratuite mais l’inscription est obligatoire sur le site : https://marges-def19.sciencesconf.org/

L’événement s’organise en trois demi-journées d’études, articulées autour de six sessions, et une demi-journée de visite culturelle* Lire la suite

Spectaculaire Second Empire : et le livre dans tout ça ?

C’est l’un des événements parisiens de la rentrée culturelle. Très attendue par tous les amateurs d’histoire du XIXe siècle, l’exposition « Spectaculaire Second Empire » a ouvert ses portes le 19 septembre dernier au musée d’Orsay. Organisée pour célébrer les 30 ans du musée, elle rend hommage à un régime qui fit, il est vrai, beaucoup pour l’institution muséale, et se veut l’évocation d’une époque de fastes et de luxe, celle de la « Fête impériale », dont les commissaires de l’exposition souhaitent montrer une image renouvelée[1]. Etudiants, érudits, spécialistes, passionnés par le XIXe siècle en général et le second Empire en particulier, ne pourront qu’apprécier cette plongée inédite dans l’atmosphère si particulière du « siècle de Napoléon III » et arpenteront avec satisfaction les salles reconstituant, dans une mise en scène particulièrement réussie, des intérieurs palatiaux, le Salon de 1863 ou encore, « clou du spectacle », les galeries des expositions universelles. En revanche, l’amateur d’histoire de l’édition restera sur sa faim : car le livre est le grand absent de cette exposition pourtant censée peindre la fresque de la vie culturelle des années 1850-1860.

© Musée d’Orsay

Lire la suite

Les éditeurs français du XIXe siècle au programme du séminaire « Prosopographie, objets et méthodes »

Pour la cinquième année, le séminaire « Prosopographie : objets et méthodes » sera le cadre d’une réflexion sur les enjeux de cette méthodologie historique qui est, aussi, l’une des dimensions du projet DEF19.

À noter la séance du 27 janvier 2017 consacrée aux « mondes littéraires », avec notamment les interventions de Sabine Juratic sur les gens du livre au XVIIIe siècle, et de Viera Rebolledo-Dhuin, post-doctorante au sein du projet DEF19, sur les éditeurs du XIXe siècle.

Ce séminaire est organisé par le LAMOP (Université de Paris I), le LARHRA (ENS de Lyon) et les Archives nationales, avec le soutien d’ANHIMA, de l’IHMC et du LabEx HaStec.

[Page de titre];

Du Verdier, La biographie et prosopographie des rois de France, 1583 (c) Gallica-BnF

Programme des séances Lire la suite

Journée d’études internationale, 23 octobre 2015

Le 23 octobre 2015 aura lieu le premier rendez-vous scientifique du projet DEF19 :

Dictionnaires et répertoires des gens du livre,
en Europe et dans le monde.
Expériences et perspectives

 Journée d’études internationale

23 octobre 2015

Bibliothèque de l’Arsenal (1 rue de Sully, Paris 4e)

Inscription obligatoire avant le lundi 19 octobre 2015 à l’adresse : anr.def19@gmail.com

Programme provisoire

  Lire la suite

Bibliothèques et bibliothécaires au XIXe siècle : séminaire d’histoire des mathématiques de l’IHP le 5 juin 2015

Le séminaire d’histoire des mathématiques de l’Institut Henri Poincaré propose ce 5 juin 2015, à partir de 14h, une séance sur « Bibliothèques et bibliothécaires au XIXe siècle », autour de deux interventions :
– « La constitution d’une bibliothèque pour une école d’ingénieurs : le cas de l’École des ponts et chaussées au XIXe siècle », par Anne Lacourt (Bibliothèque de l’École des ponts et chaussées) et Konstatinos Kostas Chatzis (LATTS, Ecole nationale des ponts et chaussées),
– « Les métiers du livre et les circulations mathématiques transatlantiques au XIXe siècle », par Thomas Preveraud (CRHIA, Université de Nantes)
Une table ronde terminera la séance, avec la participation, outre des conférenciers, de Norbert Verdier (GHDSO,  Université Paris-Sud 11) et Dominique Varry (ENSSIB Lyon).

Renseignements sur le site de l’IHP.

« De Zola à Houellebecq, Flammarion 1875-2015. 140 ans d’édition et de librairie » : une exposition de l’IMEC

L’Institut Mémoires de l’Edition Contemporaine propose, jusqu’au mois de juillet, une exposition rétrospective sur la maison Flammarion.

Lancée en 1875 par Ernest Flammarion et son associé Charles Marpon, la société connaît rapidement de grands succès, qui marquent l’histoire de l’édition française de la fin du XIXe siècle. Elle s’impose ainsi comme une importante maison d’édition littéraire, publiant des éditions illustrées doeuvres d’Emile Zola, Alphonse Daudet ou encore Hector Malot, exploitant également le filon d’une littérature plus légère, avec la fameuse « Bibliothèque des auteurs gais » où débute Alphonse Allais. La vulgarisation scientifique est aussi à l’honneur, avec les ouvrages de Camille Flammarion, frère du fondateur – à commencer par sa fameuse Astronomie populaire.

Camille Flammarion Le Monde avant la création de l'homme oeuvre de Zimmermann revue et complétée : [affiche] / [non identifié] - 1

L’exposition, qui propose des archives inédites, est l’occasion de mieux comprendre les ressorts du succès de la maison Flammarion.

Exposition à l’abbaye d’Ardenne (Caen), du 30 mai au 31 juillet 2015. Renseignements sur le site de l’IMEC.

Pour compléter : Elisabeth Parinet, La Librairie Flammarion. 1875-1914, Paris, IMEC Editions, coll. « Editions contemporaine », 1992, 404 p. (compte rendu par Philippe Hoch dans le Bulletin des bibliothèques de France, n° 5, 1992)

Le fonds Q10 de la Bibliothèque nationale de France : catalogues de libraires et d’éditeurs

« Je ne sais pas de lecture plus facile, plus attrayante, plus douce que celle d’un catalogue[1]. » [Anatole France, 1881]

« Décidément, j’aime les catalogues, c’est presque aussi beau qu’un indicateur de chemin de fer, on y voyage. On y prend une vue assez juste de l’humanité, de celle qui pense. » [Gaston Gallimard, 1916]

La Bibliothèque nationale de France possède une collection de catalogues de libraires et d’éditeurs, français et étrangers, parmi les plus riches d’Europe. Rares sont en effet les bibliothèques à avoir conservé ces documents, en raison de la fragilité de leur support (impression souvent sur un papier de médiocre qualité) et de leur nature même (documents promotionnels considérés comme éphémères).

catalogue1

Ces catalogues sont cependant des témoins précieux du commerce du livre et de la librairie, et constituent des sources importantes pour la bibliographie, l’histoire du livre et de l’édition ainsi que pour l’histoire littéraire[2] et culturelle.

En effet, à quelles sources se référer lorsque l’on est chercheur et que l’on s’intéresse par exemple à l’histoire de la souscription, aux relations entre universitaires et éditeurs, aux libraires allemands établis à Paris, aux grammaires scolaires ou aux collections littéraires du XIXe siècle ?

Lire la suite

Conférence sur « Le livre au XIXe siècle » à la Bibliothèque de l’Arsenal

Dans le cadre de son cycle de conférences sur l’histoire du livre, la Bibliothèque nationale de France proposera, le 2 avril 2015, sur son site de l’Arsenal, une intervention sur « Le livre au XIXe siècle », assurée par Lucile Trunel, directrice de la Bibliothèque Forney.

Tous les renseignements sur le site de la BnF.

550px-Grand_Dictionnaire_universel_du_XIXe_siècle_-_Tome_1_-_Lettre_A

Journée d’études « Prosopographie et corpus échantillonnés : questions de méthode » (3 juin 2015)

Le projet DEF19 a pour vocation de constituer une base de données exhaustive des éditeurs français du XIXe siècle, qui constituera un outil précieux dans l’étude de ce groupe particulier dans une démarche prosopographique. Cette approche a par exemple été utilisée par Marie-Claire Boscq dans sa thèse sur les imprimeurs et libraires en lettres de 1814 à 1848, et Viera Rebolledo-Dhuin dans la sienne sur les réseaux et métiers parisiens du livre de 1830 à 1870.

La question de la prosopographie fait l’objet d’un séminaire annuel, intitulé « La prosopographie, objets et méthodes », organisé par le Larhra, le Lamop et les Archives nationales. La dernière séance de ce séminaire, le 3 juin 2015, aura pour titre « Prosopographie et corpus échantillonnés : questions de méthode ».

 

Le Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines (UVSQ)

Le Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines (CHCSC) est un laboratoire pluridisciplinaire regroupant une quarantaine d’enseignants-chercheurs relevant de onze sections différentes du CNU,  rattaché à l’Institut des Etudes Culturelles et Internationales de l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines. Fondé en 1992, EA (2448) en 1994, il est aujourd’hui le seul laboratoire exclusivement spécialisé dans l’histoire culturelle du contemporain. Référence mondiale en ce domaine, il a été partie prenante de réalisations majeures dans cette discipline, qu’il s’agisse du Dictionnaire d’histoire culturelle de la France contemporaine (2010), dirigé par Christian Delporte, Jean-Yves Mollier, tous deux directeurs successifs du laboratoire, et Jean-François Sirinelli, ou bien de la première base de données en histoire culturelle, Culturhisto, mise en place en 2013 et offrant aujourd’hui plus de 80 000 références dans ce domaine.

Lire la suite