Appel à contribution: « Charles Nodier et le roman gothique »

Journée d’études des Cahiers d’Études nodiéristes organisée par Émilie Pezard (ENS Lyon – UMR LIRE – ANR ANTICIPATION) et Georges Zaragoza (Université de Bourgogne – Centre Pluridisciplinaire Textes et Culture) – 15 janvier 2016, Université de Bourgogne

« Cependant rassure-toi : je me suis défendu, pour aujourd’hui, le genre ténébreux. Je ne te promènerai point dans les souterrains d’Anne Radcliffe, à travers les cachots et les cimetières, et je n’enrichirai pas mon récit des sublimes conceptions de nos dramaturges des boulevards. Tu ne verras ici, ni bandits, ni spectres, ni tour du Nord ; et tu me sauras gré d’y avoir ménagé, de mon mieux, l’effusion du sang dont je ne pouvais me passer. »

Cet avertissement qui ouvre le Dernier chapitre de mon roman (1803) est révélateur de l’ampleur de la vogue que connaît, au début du xixe siècle, le « genre ténébreux », que nous appelons aujourd’hui « roman noir » ou « gothique ». L’œuvre de Nodier, dans ses œuvres de fiction comme dans ses textes critiques, illustre de façon exemplaire l’immixtion de la « nouvelle école » naissante, le romantisme, et du roman noir, considéré dans la complexité de ses sources multiples : gothic novel de Lewis et « radcliffades », romantisme noir de Maturin, Schauerroman de Spiess, folklore diabolique alimentant les contes des Demoniana, auxquels s’ajoutent le Schiller des Brigands et, last but not least, Byron. Cette journée d’études vise ainsi à dessiner les contours d’un « Nodier gothique », qui, avec le conteur fantastique plus connu de La Fée aux miettes, permettra de compléter le portrait d’« un des inventeurs du romantisme français » (Jacques-Remi Dahan).

Continuer la lecture